Un expert fait d’inquiétantes prévisions sur le coronavirus: «Il pourrait toucher 60 à 80% de la population mondiale s’il n’est pas contrôlé»

Le professeur Gabriel Leung est responsable du département de Santé publique de l’université de Hong-Kong.
Le professeur Gabriel Leung est responsable du département de Santé publique de l’université de Hong-Kong. - Isopix

Gabriel Leung, responsable du département de Santé publique de l’université de Hong Kong, met en garde sur l’évolution possible du coronavirus. Alors que l’OMS affirmait que les récents cas de coronavirus pourraient n’être que la « pointe de l’iceberg », le chercheur en épidémiologie affirme que le coronavirus pourrait toucher 60 % de la population s’il n’est pas contrôlé. Les experts ont en effet émis l’hypothèse que chaque personne infectée transmettait le virus à 2,5 autres personnes.

« 60 % de la population mondiale est un chiffre horriblement grand », explique Leung à nos confrères du Guardian. Selon le spécialiste, la première priorité de la maladie est l’ampleur de l’épidémie mondiale croissante. Ce lundi soir, le bilan global est passé au-dessus de la barre des 1000 décès en Chine, avec le plus lourd bilan quotidien enregistré depuis le début de l’épidémie. Gabriel Leung insiste également sur la nécessité de savoir si les mesures appliquées en Chine pour contenir l’épidémie ont été efficaces, pour déterminer si elles doivent être adoptées par d’autres pays. « Et même si elles ont été efficaces, combien de temps peut-on fermer les écoles ? Combien de temps peut-on mettre tout une ville en lock down ? Combien de temps peut-on empêcher les gens d’aller faire leurs courses ? »

« Le virus va-t-il effectivement toucher 60 à 80 % de la population ? Peut-être pas. Cela viendra peut-être progressivement. Peut-être que le virus va atténuer sa mortalité parce que cela ne l’aiderait certainement pas qu’il tue tout le monde, auquel cas il serait également tué », poursuit Leung. L’homme soutient que si le lockdown de la Chine ne permet pas de contenir la maladie, il faudra peut-être faire face à une désagréable vérité : le virus pourrait être impossible à contenir. Le monde n’aurait alors d’autres choix que de tenter de réduire les effets du virus, au lieu de le contenir.

Notre sélection vidéo