«La N-VA a la couleur et certaines pratiques de l’extrême droite», selon François De Smet, président de Défi

J.T.
J.T.

Il s’exprimait ce mercredi matin dans l’émission Matin Première sur la RTBF.

«Il y a un discours de normalisation de la N-VA qui me dérange. Un parti qui bazarde son propre gouvernement sur une question identitaire et de migration, qui fait campagne contre une opposante politique, Zakia Khattabi, pour l’empêcher d’obtenir un poste à la Cour constitutionnelle, qui ne cache pas qu’il irait avec le Vlaams Belang dès que possible, n’est pas un parti comme les autres», a-t-il justifié.

«J’admets qu’il y a aussi des gens convenables à la N-VA mais la frange nationaliste est en train de prendre le pas», a poursuivi le président de Défi selon qui «il est temps de prendre acte» de l’impossibilité d’un gouvernement fédéral alliant le PS et les nationalistes flamands.

Koen Geens, chargé de mission par le Roi, a d’ailleurs «bien conscience que sa première tâche est de convaincre le CD&V», «un vieux parti désorienté, tétanisé, comme tout le spectre politique flamand, qui est confronté à un parti, la N-VA, qui veut le détruire», a enfin estimé François De Smet.

Notre sélection vidéo