Charlie Hebdo invité à l’ULB: des étudiants s’y opposent estimant l’hebdomadaire «réactionnaire»

Le caricaturiste Luz avec un de ses dessins. (AFP)
Le caricaturiste Luz avec un de ses dessins. (AFP)

Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo Gérard Biard et la DRH Marika Bret, sont invités à participer à un débat sur la liberté d’expression à l’Université Libre de Bruxelles. Un débat qui ne plaît pas à certaines associations au motif que l’hebdomadaire est devenu réactionnaire.

L’Union Syndicale Étudiante et le Cercle Féministe de l’ULB s’opposent en effet à la venue des deux représentants du journal satirique estimant que le débat « permettra une fois de plus à la parole réactionnaire de se faire entendre sur notre campus ».

Un édito de Riss paru récemment n’a pas plus à ces étudiants. Riss écrivait : « Hier, on disait merde à Dieu, à l'armée, à l'Eglise, à l'Etat. Aujourd'hui, il faut apprendre à dire merde aux associations tyranniques, aux minorités nombrilistes, aux blogueurs et blogueuses qui nous tapent sur les doigts comme des petits maîtres d'école ».

Les deux associations en question se sont-elles senties visées ? Dans un communiqué, elles écrivent : « Au nom de ‘l'universalisme’, il faudrait pouvoir tout dire sans se prendre de réactions des personnes ouvertement visées? Se défendre, dénoncer des propos qui nous oppriment, c'est vraiment atteindre à la liberté d'expression? Charlie Hebdo se place donc en opposition à celleux (celles et ceux, NdlR.) qui défendent une politique intersectionnelle et remettent en question les privilèges blancs, homme, cis, hétéro, bourgeois, etc. Ainsi, Charlie Hebdo a rejoint depuis longtemps les rangs des réactionnaires de tout poil dans leur dénonciation des «nouveaux censeurs». Ce sont les mêmes qui défendent une ‘laïcité’ à la française, islamophobe, méprisante du droit de chacun·e à disposer de son corps. Charlie Hebdo participe ainsi à la censure des minorités en les empêchant d’élever leurs voix. Alors si c'est ça ‘être Charlie’, en 2020, nous ne le sommes clairement pas! L'ULB se rend honteusement complice de ces réactionnaires ».

Notre sélection vidéo