NBA: le week-end du All-Star Game dédié à Kobe Bryant

NBA: le week-end du All-Star Game dédié à Kobe Bryant
Photo News

Toute la NBA s’est donné rendez-vous à Chicago ce week-end pour rendre hommage à Kobe Bryant, tragiquement disparu il y a trois semaines, lors d’un All-Star Game tout entier tourné vers la légende des Lakers, qui verra le Français Rudy Gobert disputer son premier match des étoiles.

« Cette année, c’est différent », annonce l’enfant de Chicago Chance the Rapper dans une vidéo de promotion de la chaîne câblée TNT, qui diffusera le match, point d’orgue du week-end dimanche (19H00 locales/02h00 françaises lundi). « Le match aura plus de sens qu’il n’en a jamais eu. »

La ligue professionnelle de basket nord-américain va donc pouvoir mettre entre parenthèses, le temps d’une année, les interrogations sur l’intérêt de cette rencontre sans enjeu et son format, qui reviennent inlassablement depuis des décennies. Dimanche, les 24 joueurs sélectionnés parmi les quelque 500 que compte la ligue seront là pour « Kobe », lui qui a disputé ce All-Star Game 18 fois, le deuxième total derrière Kareem Abdul-Jabbar.

Réactive, la NBA avait remodelé l’événement quelques heures seulement après l’accident d’hélicoptère qui a coûté la vie à l’ancien joueur des Los Angeles Lakers (41 ans) et à sa fille, Gianna (13 ans), ainsi qu’à sept autres personnes.

Tous les joueurs de l’équipe dont le capitaine est LeBron James porteront le même numéro, le 2, celui de Gianna Bryant, qui pratiquait le même sport que son père. L’équipe adverse, celle du meilleur joueur de la saison dernière, Giannis Antetokounmpo, arborera pour seul numéro le 24, celui de Kobe Bryant durant les dix dernières saisons de sa carrière (il portait initialement le 8).

Pour sa première sélection, le pivot français du Utah Jazz Rudy Gobert, membre du Team Giannis, abandonnera donc son numéro 27 pour revêtir, lui aussi, le 24. Les dix joueurs titulaires ont été choisis après un panachage des votes des fans (50 %), des joueurs (25 %) et des journalistes (25 %). Les quatorze remplaçants ont été désignés par les entraîneurs des 30 équipes de la NBA.

Gobert pour son père

Pour saluer la mémoire de « Black Mamba », surnom de Kobe Bryant, la ligue ne s’est pas arrêtée aux numéros de maillots et a imaginé, pour le match des étoiles, de nouvelles règles alambiquées qui achèveront de donner un air de gravité à un événement d’ordinaire purement festif.

Chacun des quatre quart-temps sera comme un mini-match avec, à la clef, une somme d’argent à attribuer par l’équipe gagnante à des œuvres de charité de la région de Chicago. Outre les hommages collectifs, les marques de respect individuelles devraient pleuvoir ce week-end, entre les déclarations, les chaussures customisées, ou les messages postés sur les réseaux sociaux. Des clins d’œil sont aussi possibles lors des événements parallèles qui se dérouleront vendredi et samedi, notamment celui de dunks (samedi), remporté en 1997 par Kobe Bryant, à 18 ans seulement.

La cuvée 2020 s’annonce intrigante, avec le retour du vétéran Dwight Howard (34 ans), vainqueur en 2008, et celui de l’ailier volant Aaron Gordon, passé tout près en 2016 lors d’un concours homérique.

Dès le premier événement du week-end, l’annonce vendredi des finalistes pour la promotion 2020 du panthéon du basket, le Hall of Fame, Kobe Bryant, qui venait juste de devenir éligible et en fera partie, sera au centre des conversations. Loin derrière Kobe Bryant, le second thème majeur du week-end sera celui de la nouveauté.

Le match des jeunes, le vendredi, sera l’occasion de voir le phénomène Zion Williamson, qui revient à peine d’une blessure qui l’avait écarté des terrains depuis le début de la saison. Le dimanche, neuf joueurs étrenneront leur première sélection au All-Star Game, du jamais vu depuis 2010. Parmi eux, Rudy Gobert, troisième Français élus parmi les étoiles après Tony Parker (6 fois) et Joakim Noah (2).

Le Saint-Quentinois de naissance a expliqué dans un entretien au site The Undefeated publié lundi, vouloir dédier l’événement à son père, Rudy Bourgarel, qui se voyait en NBA. « D’une certaine façon, je vis son rêve », a dit le double meilleur défenseur de la NBA en titre au sujet de son géniteur, exceptionnel athlète de 2,13 m qui passa à côté de sa carrière de basketteur professionnel. « Cela représente énormément pour moi. »

Notre sélection vidéo