De Lijn doit reporter les élections sociales après un jugement du tribunal du travail

De Lijn doit reporter les élections sociales après un jugement du tribunal du travail
Photonews

Les élections sociales chez De Lijn étaient prévues pour le 14 mai et la procédure à cet effet avait été lancée il y a un certain temps déjà.

Mais, plus tôt cette semaine, le tribunal du travail d’Anvers a rejeté les plans de la direction de créer, au lieu des six comités d’entreprise et six comités pour la prévention et la protection au travail (CPPT) actuels, un seul comité d’entreprise qui ferait office de coupole et trois CPPT. La procédure avait été engagée par les syndicats.

Tout comme en 2016, il y aura donc des listes électorales par province pour les prochaines élections sociales. Mais, selon la porte-parole de De Lijn, ce jugement signifie également que la procédure doit reprendre de zéro. « Et si l’on suit les délais légaux, on n’arrive pas au 14 mai. » La société souhaite organiser rapidement et correctement ce scrutin et espère pouvoir fixer rapidement une nouvelle date en concertation avec les syndicats.

Des consultations sont prévues la semaine prochaine avec les syndicats. Selon De Tijd, ceux-ci réagissent avec fureur à ce retard annoncé. L’ACOD, pendant flamand de la CGSP, envisagerait de porter plainte auprès des services d’inspection compétents et le syndicat chrétien flamand ACV aurait l’intention de mettre De Lijn en demeure « parce qu’elle bloque de facto les élections ».

Notre sélection vidéo