Après s’être fâché avec un gardien de la prison de Leuze, Michel voit rouge: le détenu, armé d’une barre de fer, a tout cassé autour de lui

Il s’en est notamment pris au panoptique.
Il s’en est notamment pris au panoptique. - B.L.

Le 18 février 2018, Michel admet avoir vu rouge : « Je sortais de ma cellule, à la prison de Leuze, et je me suis pris le bec avec un agent pénitentiaire que je connais depuis quelques années… Il a refusé d’en discuter avec moi et m’a reclaqué la porte du préau au visage », explique ce jeudi matin, devant le juge, Michel.

Il est poursuivi pour la destruction de deux clôtures et de matériel appartenant à la prison de Leuze. « J’ai agi sous le coup de la colère », reconnaît-il aujourd’hui. « J’ai cassé le tourniquet qui conduit au préau, puis le panoptique de la prison et des fenêtres. J’étais hors de moi ».

Michel regrette ce « coup de sang ».

► Le procureur manifeste une certaine clémence.

Voici ce qu’il risque.

Notre sélection vidéo