Michel Preud’homme, l’entraîneur du Standard, avant le déplacement à Genk: «Notre adversaire a retrouvé de la confiance»

photo news
photo news

Bruges, Genk, Antwerp et Charleroi, le Standard est actuellement dans une phase lui donnant un avant-goût de Playoffs 1. Mercredi, il a récolté un point contre le leader du championnat en signant son premier 0-0 de la saison toutes compétitions confondues. Autrement dit, il n’a pas encaissé. Et cela n’est pas du tout anecdotique puisque la dernière fois que cela lui était arrivé remontait au 30 octobre dernier, face à Waasland-Beveren. Puis, pendant onze rencontres en D1A, Arnaud Bodart a chaque fois dû aller rechercher un ballon dans ses filets.

« Renouveler les mêmes efforts »

« C’était important de pouvoir ne pas encaisser contre Bruges qui peut marquer sur un jeu posé, sur des reconversions ou sur des phases arrêtées », souligne Michel Preud’homme. « C’est évidemment très positif. Si nous sommes capables de réaliser ce genre de boulot à chaque rencontre, cela peut être prometteur. Mais pour cela, il faut renouveler les mêmes efforts que mercredi. Tous mes éléments offensifs ont effectué des courses de quarante mètres pour récupérer l’un ou l’autre ballon. Or, le travail défensif commence par là. »

A cet égard, le Standard est-il capable de s’inscrire dans la régularité ? Un premier élément de réponse tombera, dimanche soir, à Genk. Or, les Limbourgeois ont démontré, jeudi, à l’Antwerp (1-1) que l’équipe retrouvait certaines sensations. « Le club a changé d’entraîneur et quand c’est le cas, le nouveau venu amène toujours de nouvelles choses » poursuit Preud’homme. « Je ne dis pas qu’un changement de coach est une bonne chose car tout le monde sait que j’apprécie Felice Mazzù. Mais je perçois que l’ambiance générale autour de ce club est plus positive qu’en début de saison sans que cela ne tourne autour du coach. Or, dans le monde moderne, on vit beaucoup plus dans l’appréciation que dans ce qu’on fait. »

« Le boulot contre les petites équipes »

A l’image de cette idée que le Standard joue mieux contre les grosses cylindrées de la compétition sans pour autant engranger les succès. « Si nous sommes cinquièmes sans prendre beaucoup de points contre les grosses équipes, c’est que nous avons fait le boulot contre les autres. En Coupe d’Europe, il y a deux formations qui jouent au foot comme c’est le cas quand on affronte Bruges ou Genk. Il y a plus d’espaces que contre des murs tel qu’Ostende. Et en Belgique, on permet beaucoup de choses. Quand elles perdent la balle, toutes les équipes font la petite faute pour se remettre en bloc défensif sans être sanctionnées (Ndlr : mercredi, Krmencik a commis 7 fautes et Balanta 5 sans recevoir de carte jaune). Puisque c’est permis, on va le faire aussi. Cela m’ennuie, mais il faut travailler cet aspect des choses avec des joueurs qui n’ont pas été habitués à cela. Mais ils commencent à comprendre que cela va être nécessaire. »

Même si la priorité sera donnée au jeu avec ballon et à la volonté de gagner les duels…

Foot amateur et chez les jeunes

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo