Abonnez-vous pour 1€

«C’est la grippe»: Valentina, 17 mois, est renvoyée 4 fois chez elle, la fillette est morte

«C’est la grippe»: Valentina, 17 mois, est renvoyée 4 fois chez elle, la fillette est morte

La terrible nouvelle est finalement tombée hier, lorsque les médecins n’ont eu d’autre choix que d’annoncer la mort cérébrale de Valentina après une toux et grippe qui ne passaient pas. La petite fille de 17 mois, originaire de la Vallée d’Aoste, avait été emmenée à l’hôpital de la Regina Margherita de Turin dans des conditions inquiétantes après avoir déjà été à quatre reprises aux urgences.

Tout a commencé le 5 février dernier, lorsque les parents de la fillette l’ont emmenée dans l’unité pédiatrique Beauregard d’Aoste. À ce moment-là, une inflammation élevée des voies respiratoires est signalée, des tests sanguins effectués et le bébé finalement libéré de ce qui semblait être une banale grippe, comme le rapporte La Repubblica.

Cependant, dès le lendemain, Valentina est déjà de retour à l’hôpital. Un autre pédiatre l’ausculte, estime que son état n’a pas empiré et la renvoie donc chez elle. Quelques jours plus tard, le 11 février, la petite fille est toujours malade. La situation s’aggrave même ! Les parents décident donc de retourner aux urgences où les médecins constatent la dégradation de son état, la fillette présentant de la fièvre et de la toux cette fois-ci. Néanmoins, on la renvoie une nouvelle fois avec de la cortisone et de l’acétaminophène ainsi qu’une thérapie à suivre par aéorosol.

Le soir du 12 février, la maladie de Valentina s’aggrave. L’enfant doit être réanimé et héliporté jusqu’aux soins intensifs. Arrivée en insuffisance respiratoire sévère et en arrêt cardiaque, la petite fille n’a finalement pas survécu malgré les nombreuses tentatives pour la sauver. La famille s’est tournée vers la police, qui a transmis la plainte au procureur d’Aoste avant de voir le dossier confié au procureur Francesco Pizzato.

Les dossiers médicaux ont été saisis et les quatre pédiatres qui se sont succédé lors des visites au premier hôpital ont été inscrits dans le registre des suspects. Malgré ce terrible dénouement, les parents ont autorisé le prélèvement d’organes sur leur petite fille.

Notre sélection vidéo