Abonnez-vous pour 1€

Deux agents, dont Fali Ramadani, suspectés de «transferts fantômes» en Espagne

Un agent influent à l’Excel Mouscron.
Un agent influent à l’Excel Mouscron. - Facebook

L’opération, dirigée par l’Audiencia Nacional (principale instance pénale espagnole), a été lancée en 2017, quand la Guardia Civil avait découvert que deux agents de footballeurs avaient acheté de luxueuses propriétés sur l’île de Majorque, ont annoncé les forces de l’ordre espagnoles mardi via communiqué.

La presse espagnole a rapporté que parmi eux se trouve Fali Ramadani, dans le viseur des enquêteurs belges et cité dans le passé ses liens à l’Excel Mouscron. Les services de police d’Europol qui soutiennent l’enquête, évoquent un réseau criminel qui contrôle un ou plus clubs belges.

Les policiers ont découvert que les deux agents suspects, « liés à une agence de représentants de footballeurs qui dispose de l’un des plus gros volumes d’affaires en Europe », avaient utilisé des sociétés-écrans pour dissimuler ces propriétés.

D’après la presse espagnole, un des suspects est Fali Ramadani, agent de joueurs comme Kalidou Koulibaly (Naples, ex-Genk), Luka Jovic (Real Madrid), Christian Kabasele, l’ancien entraîneur de Bruges Ivan Leko, ou Miralem Pjanic (Juventus Turin), membre de l’agence Lian Sports, une des sociétés de représentations de joueurs les plus importantes d’Europe.

Un porte-parole de la Guardia Civil n’a pas été en mesure de confirmer ces identités.

Les suspects auraient introduit en Espagne une « quantité supérieure aux 10 millions d’euros pour faire l’acquisition de propriétés, de yachts, et pour maintenir son niveau de vie élevé », précise le communiqué de la Guardia Civil.

L’enquête pour remonter à l’origine de l’argent qui a permis l’achat de ces habitations aurait mené à une découverte : les agents de joueurs faisaient partie d’une organisation qui réalisait des transferts fictifs pour gonfler le prix des joueurs et éviter de payer des impôts dans certains pays.

Selon la presse espagnole, qui cite des sources proches de l’enquête, les agents de footballeurs suspectés auraient utilisé le club chypriote de l’Apollon Limasol pour réaliser ces « transferts fantômes ».

Ces transferts auraient été révélés « grâce aux documents dévoilés par divers médias et communément appelés Football Leaks », a affirmé la Guardia Civil.

Parmi les clubs qui auraient été interrogés dans le cadre de cette opération baptisée « Lanigan », on trouve entre autres le Real Madrid, l’Atlético Madrid, la Real Sociedad ou encore le Celta Vigo d’après la presse espagnole, qui précise que ni les clubs ni les joueurs ne feront l’objet d’une enquête, celle-ci se concentrant sur les agents.

En Belgique, une enquête a été lancée sur Ramadani depuis le début de l’an dernier. Les enquêteurs veulent vérifier s’il avait en main, avec son homme d’affaires israélien Pini Zahavi, l’Excel Mouscron en 2016 et 2017, ce qu’interdit la FIFA, la fédération internationale. Selon l’hebdomadaire Humo, le duo aurait même tiré les ficelles jusqu’à la mi-2019 à Mouscron qui a enregistré neuf mouvements de transferts avec Appolon Limassol. Au cours des cinq saisons avant 2015, aucun transfert n’a eu lieu entre les deux clubs.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo