«De peur de perdre le ticket, ils nous ont demandé de le planquer»: la librairie de la chance en France, c’est le deuxième gros gain en 9 mois!

Au Santa-Giulia, chez Michel et Nadine Delcroix, gratter c'est gagner. VDN.
Au Santa-Giulia, chez Michel et Nadine Delcroix, gratter c'est gagner. VDN.

Incroyable histoire au Santa-Giulia, un café-tabac-jeux-journaux situé devant la mairie de Masny, dans le nord de la France. Comme l’expliquent nos confrères français de La Voix du Nord, ce lieu risque de devenir un lieu de pèlerinage. Depuis qu’ils ont repris l’établissement en 2012, Michel et Nadine estiment à dix millions le montant du pactole distribué à leurs clients de jeux en tout genre. Les photocopies d’une multitude de tickets gagnants s’affichent sur l’un des murs de l’établissement. « Il y a des gains plus modestes allant de un à cinq euros  », indique Michel à nos confrères.

Le 26 mai 2019, 7 millions d’euros avaient été remportés par un joueur qui avait investi deux euros vingt dans un ticket de loto.

« De peur de perdre le ticket, ils nous ont demandé de le planquer »

Rebelote le 21 février avec, cette fois, 250.000 euros dans la musette d’un couple de clients habituels, fidèles depuis l’ouverture du Santa-Giulia.

« Il n’y avait que deux lots sur toute la France. C’est tombé sur des gens modestes. Cela nous fait encore plus plaisir  », savoure Nadine qui se souvient de les avoir servis un matin à 8h30. « À 10 heures, je les ai vus revenir, les larmes aux yeux, les mains tremblantes et les jambes flageolantes. J’ai imaginé une catastrophe. Ils m’ont tendu le ticket pour vérifier s’ils n’avaient pas été victimes d’une hallucination  ». La mention « rendez-vous à la Française des jeux  » s’affiche sur l’écran de la machine. Le gain est confirmé.

« Ils ne savaient plus où ils habitaient. De peur de perdre le ticket, ils nous ont demandé de le planquer, le temps de le présenter à l’encaissement  », s’amuse Michel, tout sourire.

Notre sélection vidéo