Des Classiques en automne, un Giro remodelé et un Tour de France intact: le président de l’UCI se projette en avant entre plans et espoirs

Philippe Gilbert en tête de peloton
Philippe Gilbert en tête de peloton - Photo News

Après Milan – Sanremo il y a deux semaines, les autres grandes classiques printanières ont également dû se rendre à l’évidence ce mardi : il est impossible de courir dans ce contexte. ASO, organisateur de Paris-Roubaix, la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège, a annulé ses courses en milieu d’après-midi. Les organisateurs du Tour des Flandres ont emboîté le pas en début de soirée en renonçant également au Ronde.

Face à cette multitude de reports, le casse-tête est de taille pour l’Union Cycliste Internationale. Son président David Lappartient devra trouver des solutions dans les semaines à venir pour recaser tous ces grands rendez-vous.

« J’espère que toutes ces courses pourront avoir lieu », explique-t-il à France TV ce mercredi. «  Dans les jours et semaines qui viennent nous allons travailler au remodelage du calendrier, en fonction de l’évolution de l’épidémie bien sûr. La première possibilité, c’est de reprogrammer ces monuments du cyclisme à l’automne. N ous avons la possibilité de repousser la fin de la saison de deux semaines, c’est à dire jusqu’au 31 octobre. »

Lappartient devra jongler avec les exigences des organisateurs mais devra également rester attentif aux autres grands événements. « Nous allons aussi étudier comment déplacer certaines dates de courses, de façon à faire de la place pour tout le monde. Cependant, si d’aventure les JO étaient repoussés à l’automne, une des hypothèses, pour nous, ce serait impossible. Mais je n’y crois pas. »

Sur le volet des Grands Tours, plusieurs pistes sont envisagées. A ce stade, c’est surtout le déroulement du Giro qui pose question. « Nous travaillons avec RCS (organisateur) pour trouver une place, sans doute à l’automne pour le Giro. Les pistes sont un Giro délocalisé (le départ de Hongrie va sauter), sans doute redessiné et peut-être pas sur la même durée ; mais le Giro, avec les classiques repoussées, fait partie de nos priorités évidemment et nous avons bon espoir de le voir se courir. Concernant le Tour, pour l’instant rien ne bouge. »

Notre sélection vidéo