Construire Q-Zen : « On vit mieux ici que dans une maison classique »

Éric Englebert est l’heureux propriétaire d’une maison quasi zéro énergie.

« Notre maison respecte les futures exigences Q-ZEN sans qu’on l’ait voulu », sourit Éric Englebert, propriétaire depuis 4 ans de cette imposante maison passive, située à Amay, en province de Liège.

« Nous avons eu le désir de construire une maison passive pour avoir un habitat qui consomme le moins possible les énergies et qui soit très agréable à vivre, poursuit ce responsable des projets développement durable d’une grande entreprise liégeoise. On sait que les prix de l’énergie ne vont pas baisser. On est aussi sensible au fait que les ressources sont limitées. L’atmosphère, qui est la poubelle terrestre des émissions de CO², aussi, est limitée. Moins on utilise d’énergie, moins on émet de CO². C’est vraiment ça qui nous a motivé. On a visité des chantiers et des maisons basse énergie et passives lors de journées portes ouvertes. »

Cette maison familiale ne possède pas de chauffage. « Sauf ce petit chauffage d’appoint électrique. L’hiver 2018, on a consommé 300 Kwh. Ça nous a coûté 60 € pour tout l’hiver. Et on n’a pas eu froid. Avant, on habitait une maison classique, qui avait 100 ans, où on avait le chauffage central, on essayait de rester à 19,5 °C pour ne pas consommer trop, parce que la maison n’était pas isolée. Ici, on n’est jamais en-dessous de 19,5°C. On vit mieux ici que dans une maison classique. Il fait meilleur ! On ouvre souvent les fenêtres en été. On a 18 panneaux photovoltaïques (5 kWh), ce qui nous permet d’être autonome. On rejette même de l’énergie sur le réseau, les panneaux produisant plus en été qu’en hiver. »

Construire une maison Q-ZEN coûte 15% de plus qu’une maison traditionnelle

« La maison nous a coûté 400.000 euros. On a 150 m² habitables et deux annexes de 35 m² chacune et deux terrasses. 150 m², c’est une maison normale. Après la construction, on a fait le calcul avec l’architecte et l’entrepreneur, par rapport à une maison classique, cette maison passive nous a coûté 15% de plus. Ce surcoût est essentiellement dû aux châssis et aux vitrages, qui sont deux fois plus chers que des châssis classiques. Et les murs sont un peu plus épais. On a aussi choisi de construire une maison à ossature bois. Une construction en bêton aurait été un peu moins chère. »

Mais on ne construit pas une maison Q-ZEN comme une maison traditionnelle. « Il faut bien concevoir la maison dès le départ pour qu’elle soit efficace. Une maison avec des décrochements et des volumes compliqués sera moins performante. C’est plus facile d’avoir une maison passive ou Q-ZEN avec un bâtiment simple. Et c’était notre souhait d’aller vers la simplicité. Il est possible de faire des maisons compliquées en Q-ZEN mais ça coûte beaucoup plus cher et ça demande plus de ressources, d’artifices et de corrections. Il faut aussi un architecte pointu techniquement pour ce type de maisons. On a beaucoup échangé avec le nôtre. »

Éric Englebert ne regrette pas une seconde son choix. « C’est une habitation vraiment très confortable. La température est plus élevée que dans l’ancienne maison. Et il faut très peu d’énergie pour atteindre une température de confort. On vit plus avec la nature. On est très heureux ! »

NICOLAS DEWAELHEYNS

 

Q-ZEN c’est quoi ?

Q-ZEN est le futur standard pour les bâtiments neufs. Dès 2021, ils devront tous être à consommation d’énergie quasi nulle. D’ici là, les candidats bâtisseurs sont invités à construire leur logement en respectant déjà les futures exigences.

Que faire pour atteindre le niveau d’exigence Q-ZEN ?

• Choisir l’implantation qui permettra de valoriser les apports solaires tout en évitant la surchauffe

• Opter pour un bâtiment compact, isoler les parois de manière performante, rendre les parois étanches à l’air

• Assurer une ventilation efficace et récupérer la chaleur

• Prévoir un système performant de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire

• Le tout en favorisant les énergies renouvelables

Le guide pratique pour construire Q-ZEN est disponible sur energie.wallonie.be

Des conseils et des astuces durables

Les Guichets Énergie Wallonie sont le passage incontournable pour tous les citoyens, locataires ou propriétaires, à la recherche de conseils et astuces durables à adopter au quotidien comme dans leurs projets de construction ou de rénovation.

Proches et accessibles à tous, ces 16 espaces sont répartis dans toute la Wallonie. Une équipe de 40 consultants accueillent et guident le citoyen dans les domaines touchant à l'énergie au sein de son habitat.

Le citoyen y bénéficie de conseils techniques personnalisés, neutres et entièrement gratuits prodigués par des spécialistes. Il obtient aussi des informations claires sur la réglementation et sur les aides en matière d'énergie en vigueur en Wallonie. <

Trouvez le Guichet Energie Wallonie le plus proche de chez vous sur energie.wallonie.be