Coronavirus: le parcours de la flamme olympique reste «pour l’instant» inchangé

epa
epa

«  La décision prise il y a une semaine (de maintenir le parcours de la flamme en l’état) reste pour l’instant appropriée », a déclaré le directeur général du comité d’organisation des JO Toshiro Muto.

« Le relais de la flamme débutera le 26 mars à Fukushima, les plans n’ont pas changé », malgré la situation jugée « de pire en pire ».

Dimanche, le Comité international olympique (CIO) a pour la première fois évoqué l’option d’un report des JO en raison de la pandémie de coronavirus, se donnant quatre semaines pour trancher.

Une réponse à la pression exercée par certains athlètes et plusieurs fédérations nationales, qui estiment impossible le maintien des Jeux aux dates prévues (24 juillet-9 août) dans les circonstances sanitaires actuelles.

La footballeuse Nahomi Kawasumi, établie aux Etats-Unis, a par ailleurs annoncé lundi qu’elle renonçait à participer au relais de la torche, afin d’éviter de contaminer qui que ce soit.

Face au scepticisme ambiant, les organisateurs ont décidé vendredi de réduire le faste de la cérémonie d’accueil de la flamme, acheminée par avion depuis la Grèce : 200 enfants qui devaient y assister ont finalement été renvoyés chez eux.

Les cérémonies quotidiennes d’accueil et de départ de la flamme ont en outre été interdites aux spectateurs, et les rassemblements sur son parcours découragés.

En dépit de ces préconisations, plus de 50.000 personnes se sont massées samedi à la gare de Sendai, à 300 kilomètres au nord de Tokyo, pour voir la flamme qui y était exposée.

« C’est une preuve de l’intérêt des Japonais, d’une certaine manière nous en sommes ravis », a commenté M. Muto, avant de souligner que la priorité des organisateurs résidait dans la prévention de la propagation du virus et la mise en place de « contre-mesures poussées ».

Notre sélection vidéo