40% du personnel d’Arcelor Mittal et de Liberty Steel écarté

40% du personnel d’Arcelor Mittal et de Liberty Steel écarté
S.P.

Le coronavirus touche de plein fouet le bassin sidérurgique liégeois. Certaines entreprises, comme Arjemo, où 230 travailleurs emballent et expédient la production d’Arcelor Mittal, sont à l’arrêt pour 48 heures afin de mettre en place des mesures permettant de respecter la distanciation sociale imposée par le gouvernement fédéral. Les activités doivent reprendre mercredi.

Tata Steel, entreprise flémalloise spécialisée dans l’acier galvanisé, est quant à elle à l’arrêt complet pour quinze jours en raison de la mise en quarantaine d’un garde sécurité gérant les allées et venues sur le site. Les 170 travailleurs se sont mis volontairement à l’arrêt dès l’annonce de l’information. Ils sont désormais en chômage pour cas de force majeure.

Les lignes d’Arcelor Mittal et de Liberty Steel, qui emploient à elles deux un peu plus de 1.300 personnes, sont également impactées par le Covid-19 puisque, selon les organisations syndicales, 40 % du personnel, présentant des symptômes grippaux, est actuellement en quarantaine pour une durée de 15 jours avec salaire garanti. La distanciation sociale demeure une priorité mais elle est toutefois difficile à mettre en place, ajoutent les syndicats.

Ferblatil, l’un de sites de Liberty Steel, est à l’arrêt pour quinze jours pour des raisons stratégiques alors que la ligne de galvanisation 4 est temporairement hors-service mais la direction souhaite la remettre en activité au plus vite.

Les lignes toujours en activité ne devraient pas être à l’arrêt dans les prochaines semaines sauf durcissement des mesures émanant du fédéral.

Notre sélection vidéo