Coronavirus: «Parmi les jeunes qui sont actuellement aux soins intensifs, certains étaient impliqués dans les soirées lockdown du vendredi 13 mars»

Photo prétexte
Photo prétexte - Belga image

Depuis le début de la crise du coronavirus en Belgique, le virologue Marc Van Ranst est une personne très écoutée. Que ce soit au nord comme au sud du pays. Il n’est d’ailleurs pas le seul puisque les spécialistes se multiplient dans les différents médias du pays pour expliquer aux citoyens les effets du virus et l’importance de s’en protéger.

Une communication qui a d’ailleurs été saluée par le Financial Times. Ce que Marc Van Rast a toutefois tenu à nuancer dans l’émission « De Afspraak », ce mercredi soir. « On ne peut jamais trop communiquer », a-t-il immédiatement répondu. Pour lui, certains groupes ne sont d’ailleurs pas encore suffisamment atteints par la communication des virologues. « Les jeunes en font partie », précise-t-il.

Pour détailler sa pensée, Marc Van Rast cite les fêtes « lockdown » organisées le vendredi 13 mars, juste avant les premières mesures pour lutter contre le coronavirus. « Parmi les jeunes qui sont actuellement aux soins intensifs et qui sont sous respirateur, certains sont très étroitement impliqués dans les soirées de confinement », a-t-il déclaré.

Le virologue estime donc avoir « encore beaucoup à leur expliquer ». Pour lui, il faut compter notamment sur les influenceurs pour réussir à faire passer le message. « Ils doivent comprendre que ce n’est pas un jeuvidéo. Des gens meurent vraiment ! ».