Remco Evenepoel, la pépite du cyclisme belge, n’ira pas au Tour de France cette année!

photo news
photo news

L’été de Remco Evenepoel était conditionné par les Jeux olympiques dont il parlait déjà… avant d’être un coureur cycliste ! L’année 20 du Brabançon, en 2020, avait débuté comme dans un rêve, avec un anniversaire fêté en Argentine, assorti de deux brillantes victoires d’étape et du classement final du Tour de San Juan.

Le temps de rentrer en Europe, de récupérer et de s’aligner pour sa deuxième course, le Tour d’Algarve, où, malgré une concurrence nettement plus sévère, le Belge signait, là aussi, deux victoires d’étape et le classement final, enlevant haut la main le contre-la-montre au passage. Il était absolument impossible de présenter une feuille de route plus brillante. En Italie, on attendait avec impatience le nouveau « fenomeno », à Tirreno, au Giro. Des collègues transalpins avaient d’ailleurs suivi Evenepoel en Argentine pour préparer des sujets. La suite a viré au coronavirus, comme pour tout le monde, dans un sport qui cherche encore des raisons d’espérer pour juin, juillet, plus tard ou en 2021 ? Comment s’entraîner sans savoir ? Quels objectifs émettre quand on… ne sait rien ?

« J’ai la chance d’être jeune, de considérer que ces quelques mois perdus, peut-être plus, seront vite oubliés, dans plusieurs années », a-t-il expliqué, jeudi, dans une vidéoconférence avec la presse écrite belge. « Je mesure davantage la frustration de coureurs plus âgés, comme Philippe Gilbert, car les mois perdus sont des occasions gâchées, un travail titanesque qui sera peut-être difficile à combler. Au pire, je me dis que je serai plus fort en 2021, puisque j’aurai un an de plus et que mes objectifs y seront les mêmes : Liège, le Giro pour préparer Tokyo, etc. »

►► Voici comment Remco Evenepoel envisage la fin de sa saison 2020.

Notre sélection vidéo