Abonnez-vous pour 1€

Nicolas Frutos: «Dix ans après la fin de ma carrière à Anderlecht, je me dis que j’aurais dû être plus raisonnable»

Le plus grand regret de Nicolas Frutos
? Ne jamais avoir porté le maillot de l’équipe nationale. @News
Le plus grand regret de Nicolas Frutos ? Ne jamais avoir porté le maillot de l’équipe nationale. @News

Dix ans après la fin prématurée de sa carrière, Nicolas Frutos (38 ans) revient sur son parcours exceptionnel en dépit de toutes les blessures qui l’ont freiné durant ses quatre années au parc Astrid. L’Argentin a conservé une sensibilité à fleur de peau, proportionnelle au sens du but qui en a fait l’un des meilleurs attaquants de l’histoire du RSCA.

Nicolas Frutos, vous souvenez-vous du tout dernier match de votre carrière, le 6 février 2010, contre Saint-Trond ?

Non, absolument pas. J’ai une mémoire sélective et, concernant la fin de ma carrière, je fais vraiment un blocage. Je retiens pourtant toutes les dates, les minutes et les secondes de tous mes buts mais cet instant-là, mon inconscient a décidé de l’effacer à jamais de ma mémoire. Même la petite vidéo que l’on avait faite pour annoncer la fin de ma carrière aux supporters, le 29 mars, j’ai toujours refusé de la regarder.

Il n’élude aucun sujet. Entretien à cœur ouvert !

> « Le meilleur joueur que j’ai côtoyé ? Diego Maradona lors d’un tennis-foot. C’est le plus beau cadeau que le football professionnel m’a donné ».

> « Je multipliais les infiltrations et je prenais énormément de médicaments. Plus que ce que préconisaient les médecins ».

> Nicolas Frutos, le premier de la filière argentine !

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo