Abonnez-vous pour 1€

Rachel, 12 ans, est la jeune victime belge du Covid-19: ses parents avaient appelé le centre d’urgence, «leur appel était incompréhensible»

Photo prétexte
Photo prétexte - Belga image

Ce mardi, la Belgique a été de nouveau touchée durement par le nouveau coronavirus en apprenant le décès, lié au Covid-19, d’une jeune fille de 12 ans. Rachel habitait Gand et avait contracté la maladie trois jours avant sa tragique disparition. « La fillette est tombée malade trois jours plus tôt. Sa mère s’est rendue chez le médecin avec elle », raconte un ami de la famille à nos confrères du Nieuwsblad.

Rachel est renvoyée chez elle et mise en quarantaine. Sa famille croit d’ailleurs à une guérison dans les jours qui suivent. « Elle allait mieux. Elle a mangé, joué et regardé la télévision comme le font les autres enfants », ajoute l’ami. Sauf que lundi, la santé de la jeune fille s’est rapidement détériorée. « Elle est soudainement tombée très malade et a eu de la fièvre. Selon sa famille, tout s’est passé très vite. En quelques heures, elle est partie… »

Un drame d’autant plus incompréhensible que l’enfant était en « très bonne santé ». « Rachel n’était pas en mauvaise santé. La famille ne comprend toujours pas ce qui n’a pas fonctionné et comment cela lui est arrivé. »

Un appel « incompréhensible »

Dans le drame, un autre problème vient s’ajouter : un appel de la famille au centre d’urgence qui n’a jamais abouti. Les parents de Rachel ne possédant pas de voiture, ils avaient contacté le centre d’urgence afin d’obtenir une ambulance pour emmener leur enfant à l’hôpital. Sauf que, comme le rapporte le média flamand, quelque chose s’est visiblement mal passé puisque le véhicule demandé n’est jamais arrivé au domicile de la victime. Ils ont finalement dû demander à un voisin de les emmener à l’hôpital.

Contacté par le Nieuwsblad, Erwin Hertens, directeur du centre d’appel, confirme qu’un appel a bien été passé par la famille. « Ils ont appelé la centrale 101, qui est occupée par la police fédérale. Mais leur appel était incompréhensible pour le preneur d’appel. Les gens paniquaient clairement et se criaient dessus. Nous avons réécouté l’enregistrement, c’est difficile à comprendre », indique-t-il. Il précise également que la personne qui a pris leur appel à essayer de recontacter la famille à trois reprises, sans parvenir à les joindre.

Reste que le centre d’urgence peut déterminer l’emplacement d’un appel si celui-ci est passé depuis un poste fixe, et parfois même lors d’un appel avec un téléphone portable. La question se pose donc de savoir pourquoi aucune ambulance ou patrouille de police n’a été envoyée au domicile de la famille de Rachel. « Cela fait toujours l’objet d’une enquête », commente simplement Erwin Hertens.

A écouter: tous nos podcasts sur le coronavirus

Nos podcasts du jour :

La grogne chez Delhaize : un mouvement qui peut prendre de l’ampleur, par Muriel Sparmont

L’analyse des derniers chiffres, avec Pierre Nizet  :

La liste de nos 10 derniers podcasts sur le coronavirus :

Notre sélection vidéo