Abonnez-vous pour 1€

Atteinte d’un cancer, Rebecca, 38 ans, voit son opération urgente annulée à cause du coronavirus: «J’ai l’impression d’être condamnée à mort»

Illustration
Illustration - 123RF

Rebecca Glenn, une Britannique de 38 ans, a été diagnostiquée d’un cancer du sein de stade un au début du mois de mars. Selon les informations du Manchester Evening News, elle devait normalement subir une tumorectomie sur son sein droit ainsi qu’une biopsie du ganglion sentinelle le 2 avril prochain, avant de commencer la chimiothérapie.

Mais rien ne se passe comme prévu pour Rebecca, qui a appris que son opération « potentiellement vitale » était reportée à cause du coronavirus. Quand elle a reçu un appel de l’hôpital lui annonçant que l’opération était annulée, aucune nouvelle date n’a été fixée. On lui a juste signalé que la raison de l’annulation était justifiée par le fait de devoir libérer des lits pour les patients atteints du Covid-19. Ils ont cependant dit à Rebecca que cette décision n’avait pas été « prise à la légère » et qu’ils réorganiseraient l’intervention au plus vite.

Depuis cette annonce, Rebecca est forcément très inquiète. Son cancer n’étant pas soignable uniquement pas la prise de médicaments mais nécessitant bien une opération urgente, elle se pose des questions sur son avenir et sur son espérance de vie. « J’ai l’impression que j’ai été condamnée à mort », a confié Rebecca au Manchester Evening News. « C’est une opération simple mais qui me sauvera la vie. J’ai un cancer de stade 1, donc il est guérissable avec un très bon pronostic, mais cela dépend évidemment de la non-propagation. Je suis inquiète car plus on attend, plus il y a un risque », ajoute la jeune femme, désemparée. « Peut-être auraient-ils dû réfléchir et planifier à l’avance pour s’assurer que les patients atteints de cancer pourraient être traités en même temps que les patients du Covid-19 dans un bâtiment séparé ou quelque chose comme ça. Je suis incroyablement reconnaissante envers les médecins et les infirmières et je sais qu’ils travaillent dur. Mais j’ai juste l’impression d’avoir été lâchée. Je ne peux pas m’en remettre », confie encore Rebecca.

« Constamment nerveuse »

Ce qui inquiète d’autant plus la Britannique, c’est qu’elle a été avertie que si la crise empirait et que son opération était reprogrammée, elle serait susceptible d’être à nouveau annulée. « Je ne sais tout simplement pas quoi faire. On m’a dit que j’étais en tête de liste et ils espèrent me voir bientôt au NHS (hôpital), mais d’ici là je serai constamment nerveuse, jusqu’à ce que ça soit fait », témoigne Rebecca.

Leah Robins, directrice des opérations au North Manchester General Hospital, s’est exprimée à ce sujet : « C’est avec un regret extrême que, comme un certain nombre de fiducies et de prestataires du NHS, nous avons dû reporter des opérations chirurgicales prévues dans le cadre de notre réponse à la pandémie de Covid-19 qui nous aidera à libérer des lits d’hospitalisation et notre capacité de soins intensifs, ainsi qu’à maximiser la disponibilité de notre personnel dans les zones où nous en avons un besoin urgent », explique-t-elle avant d’ajouter que ces mesures n’ont pas été prises « à la légère » : « Nous comprenons que cette période est préoccupante. Tous les cas sont examinés cliniquement par nos médecins conformément aux directives nationales. Notre personnel travaille dur pour contacter les patients et entrera en contact avec eux pour réorganiser les opérations dès que nous pourrons le faire ».

A écouter: tous nos podcasts sur le coronavirus

Nos podcasts du jour :

La grogne chez Delhaize : un mouvement qui peut prendre de l’ampleur, par Muriel Sparmont

L’analyse des derniers chiffres, avec Pierre Nizet  :

La liste de nos 10 derniers podcasts sur le coronavirus :

Notre sélection vidéo