Abonnez-vous pour 1€

Anne, employée d’un hôpital montois, est privée de ses enfants parce que son ex-conjoint a peur du coronavirus: «C’est une prise d’otages»

«
Il n’a pas le droit de faire ça. C’est injuste, c’est une prise d’otages.
»
« Il n’a pas le droit de faire ça. C’est injuste, c’est une prise d’otages. » - Photo d’illustration / News

Anne a souhaité se livrer dans nos colonnes car elle estime ne pas être la seule à vivre une situation aussi douloureuse. Cette maman est séparée du père de ses enfants. La relation étant conflictuelle, un jugement rendu en 2017 a établi une garde alternée, une semaine sur deux, entre les deux parents.

Chaque veille de week-end, cette habitante de la région du Centre va rechercher son fils et ses deux filles chez son ex-compagnon. Mais ce vendredi, c’est une porte fermée qui l’attendait. « Il m’a répondu : non, je ne te rends pas les enfants car tu travailles dans un hôpital. Tu devrais avoir la sagesse de ne pas les exposer au Covid », raconte cette praticienne.

► Anne nous raconte son combat pour revoir ses enfants  : « C’est injuste, c’est une prise d’otages ».

Son avocate réagit.

Notre sélection vidéo