Abonnez-vous pour 1€

Une Montoise accuse son ex-mari d’avoir diffusé une vidéo sur YouTube où elle pratique une fellation: «Elle a été prise en flagrant délit de mensonge»

Finalement, on ne sait pas qui a mis en ligne la vidéo embarrassante de l’institutrice.
Finalement, on ne sait pas qui a mis en ligne la vidéo embarrassante de l’institutrice. - Photo prétexte V.R.

Assisté de Me Marino Santarelli, l’homme avait invariablement soutenu que non, cette vidéo, il ne l’avait jamais, ni filmée, ni diffusée sur Internet. Il avançait un argument imparable : le sexe que l’on voyait sur la vidéo prise à une cinquantaine de centimètres des ébats, ce n’est pas le sien ! Par contre, on reconnaissait bien le visage de la dame… Outrée, celle-ci avait dénoncé la diffusion, estimant qu’elle avait été vue par le tout Mons et que, couverte de honte, elle s’était forcée à changer de travail.

► Voici pourquoi le tribunal a acquitté l’ex-mari.

► L’homme avait des arguments en sa faveur : explications.