D’argile et de paille mais une fois et demie plus résistante au feu qu’une maison ordinaire

L es formes d’habitat alternatives connaissent un succès grandissant. De plus en plus de candidats bâtisseurs ont, non pas une brique, mais une traverse en acier, une poutre en bois ou un ballot de paille dans le ventre. Dans leur projet de nouvelle construction à Saint-Trond, David et Barbara ont très vite opté pour la paille. « C’était en fait un choix logique ; nous voulions mettre la main à la pâte, mais nous ne savions pas maçonner », explique David en riant. Alors que les semi-remorques remplis de paille entraient et sortaient encore du chantier, la maison de David et Barbara attirait beaucoup de regards. Avec l’aide de la famille et d’amis, le couple a ensuite érigé une grande partie de l’habitation de ses propres mains. « On ne peut pas dire que ça a été difficile. Le gros œuvre était comparable à la construction d’un modèle Meccano. Les poutres en bois étaient livrées numérotées sur le chantier. Il ne nous restait plus qu’à les assembler comme un puzzle. Ensuite, nous avons bouché les espaces entre les poutres avec pas moins d’un millier de ballots de paille compressés de 36 cm d’épaisseur. Nous y avons consacré chaque week-end pendant un an et demi. J’ignore combien d’argent nous avons précisément économisé de cette façon, mais une chose est sûre : c’est énorme. »

Jusqu’ici, la famille tire encore un avantage financier de son habitation, par rapport aux occupants d’une maison classique. « Grâce à cette méthode de construction, notre assurance incendie nous revient beaucoup moins cher. En cas d’incendie, le feu couve sous la paille, mais celle-ci ne brûle pas, et le cœur des grosses poutres en bois ne peut pas prendre feu. Nous économisons aussi sur notre facture d’énergie grâce au faible niveau E. Avec un score de 34, nous répondions il y a cinq ans déjà presque à la norme qui est en vigueur depuis cette année. »

Au rez-de-chaussée, c’est du chauffage par le sol, et à l’étage, il y a uniquement un système de chauffage mural dans le coin salon. « Grâce à la paille, il ne fait jamais trop chaud en été et l’habitation ne se refroidit pas trop en hiver. La paille ne fait pas seulement barrage au froid, c’est aussi un bon isolant acoustique. Depuis que nous habitons ici, j’en suis encore plus convaincu : nous n’aurions pas pu choisir un meilleur matériau de construction. Et nous ne sommes pas les seuls à le penser ; tous ceux qui viennent ici disent que notre maison est très agréable à vivre. » L’argile qui recouvre les murs y est aussi pour quelque chose. Il s’agit d’un matériau respirant qui régule parfaitement l’humidité dans la maison. L’humidité qui est stockée dans les murs l’été est lentement libérée en hiver. La famille n’a donc jamais affaire à de l’air sec. « Toutes nos plantes sont en parfaite santé, ce qui en dit long sur la qualité du climat intérieur. »

Le monde à l’envers

L’argile couleur ocre et les poutres en bois déterminent tout l’intérieur. « En tant qu’architecte d’intérieur, c’était un peu le monde à l’envers, car je pars normalement d’une toile blanche », raconte David. « Pour casser l’image de la ‘maison de hobbit’, nous avons opté pour un aménagement de base très sobre et moderne. La cuisine est minimaliste, avec un grand îlot central. Comme nous voulions un volume multifonctionnel, l’évier et la plaque de cuisson sont contre le mur extérieur. »

Les tabourets de Nono autour de l’îlot, les meubles obtenus en héritage et les objets dénichés en dépôt-vente habillent la cuisine à vivre, tout comme les carreaux portugais sous la table à manger. « Il y a une chouette anecdote autour de ces carreaux. Un de mes clients les a cassés pendant une rénovation et allait les amener au parc à conteneurs. Heureusement, j’ai pu l’en empêcher juste à temps. »

Dans une avancée entièrement vitrée, un coin lecture a été aménagé. Le coin salon proprement dit se trouve à l’étage. La maison étant entourée de verdure, la vue du salon est encore plus belle et époustouflante. Grâce aux grandes baies, la nature s’invite pour ainsi dire à l’intérieur. « À l’arrière, les fenêtres sont orientées nord-est et ailleurs, il y a des avant-toits. Quand le soleil est haut dans le ciel en été, les rayons ne pénètrent pas dans la maison. Mais en hiver, c’est le cas, et le soleil fait alors office de chauffage naturel. »

Pas de cloisonnement

Un immense vide garantit un contact permanent entre le bas et le haut. Les deux niveaux ont été pensés comme un loft. Seules la chambre de Bob, le fils du couple, la remise et la salle de bains sont cloisonnées. « J’ai opté pour un espace ouvert façon loft, car je ne trouvais pas judicieux de s’en tenir à un agencement traditionnel avec des cloisons, une partie à vivre sur un niveau et une partie nuit sur l’autre niveau. »

« Il est bien plus intéressant de dessiner un plan sur la base de vos habitudes et besoins. J’ai planché sur la question pendant des mois, jusqu’à ce que tout soit parfait. Et aujourd’hui, nous sommes super satisfaits de notre maison en paille. » Et les souris ? « Il y a peu de chances qu’elles arrivent », répond David en riant. « La paille utilisée est en fait la tige séchée de la céréale. Tous les grains ont été retirés. Donc, les souris n’y trouveront rien à manger. Elles auront aussi du mal à rentrer, car l’extérieur a été étanchéifié avec un enduit à la chaux contenant de la pierre volcanique. Cette couche de finition est étanche à l’eau, ce qui fait que la paille ne peut pas pourrir. Nous sommes donc tranquilles pour un bon bout de temps. »

PETITE PRÉSENTATION

Les occupants : Barbara Vanpassel, David Gysenbergs et leur fils Bob.
Localité : Saint-Trond (Limbourg) Année de construction : un an et demi (autoconstruction), terminée en 2015
Surfaces : 170 m² (surface habitable) et 2 200 m² (terrain)
Budget : 1 250 euros/m²
Niveau E : E34
Architecte : Peter Vos
Intérieur :www.davidgysenbergs.be et 0495/82 57 10

Saviez-vous que…

  • La paille n’attire pas les souris et les nuisibles ? La paille est juste une tige de blé morte qui ne contient aucune nourriture.
  • Une maison en paille est plus résistante au feu ? Le matériau est compressé en ballots. Ceux-ci sont moins inflammables que la paille en vrac. Avec l’enduit à l’intérieur et à l’extérieur, ces ballots forment un bouclier ignifuge qui tient bon pendant environ une heure et demie.
  • On ne peut pas accrocher n’importe quoi au mur ? La paille a très peu de limitations, mais l’une d’elles est que le matériau n’est pas suffisamment stable pour y fixer des objets lourds. Les toiles et les cadres de photos sont permis, mais pas les armoires suspendues. Mais il y a toujours moyen de trouver des solutions, comme une paroi en bois fixée à quelques poutres en bois.
  • Il est relativement facile de construire soi-même une maison en paille ? La structure en bois se compose d’une série de poutres qui s’assemblent comme un puzzle et entre lesquelles on bourre ensuite de la paille. Vous pouvez aussi construire avec des éléments préfabriqués.
  • La démolition d’une maison en paille génère peu de déchets ? La plupart des matières premières utilisées sont en effet 100 % biodégradables.