Abonnez-vous pour 1€

Des écoles d’arbitres dans les clubs: la «Referee Academy» va voir le jour à Mouscron, Charleroi, Anderlecht, Eupen et au Standard

Alexandre Boucaut, porte drapeau de la «Referee Academy». @Photo News
Alexandre Boucaut, porte drapeau de la «Referee Academy». @Photo News

Dans les mois qui viennent, la « Referee Academy » va voir le jour au sein de cinq clubs de Wallonie : Mouscron, Charleroi, Anderlecht, le Standard et Eupen. Les arbitres âgés entre 13 et 15 ans vont, dans leur région, pouvoir bénéficier d’une structure professionnalisée pour mieux être préparé au difficile métier de l’homme en noir. « C’est à cet âge-là qu’ils peuvent rapidement décrocher et qu’il faut donc tout faire pour les soutenir », souligne Eric Romain, directeur de l’arbitrage à l’ACFF.

Inspiré de ce qui se fait déjà à La Gantoise depuis environ six ans, ce projet devrait permettre de ne plus laisser les catégories de jeunes (U8, U11, U12…) à l’abandon, avec souvent des parents inexpérimentés ou des joueurs du club obligés par la force des choses de porter le sifflet à la bouche. « À Charleroi, nous avons demandé au Comité provincial de désigner les arbitres pour le foot à 8, mais ce n’est pas souvent le cas ailleurs », explique Alain De Cuyper, directeur technique de l’école des jeunes carolos. « Nous espérons également que ce partenariat puisse permettre de retisser un lien entre le corps arbitral et les clubs », explique Alexandre Boucaut, principal instigateur du projet.

Mais quid, dès lors, de l’intégrité et de la neutralité de ces jeunes arbitres qui seraient donc formés au sein d’un club de leur région ? « C’est évidemment un point sur lequel nous avons vite été questionnés », reconnaît Alexandre Boucaut. « Nous comptons véritablement sur l’expérience des coaches (des anciens arbitres, deux par club, quatre à Charleroi…) pour transmettre ces valeurs d’intégrité et, à l’avenir, des jeunes arbitres ayant eu cette formation au Standard -par exemple- n’iraient donc pas arbitrer les matches du club liégeois. À Gand, les jeunes arbitres formés portent des équipements avec le logo des Buffalos. Ici, pas question de fonctionner de la sorte : 0 logo et 0 référence à un club en particulier. »

En parlant d’équipement, les clubs fourniront une bonne partie de celui-ci (sac, training, polo…) pour un montant de 160/170 euros par arbitre. L’ACFF financera des équipements supplémentaires pour éviter les conflits de couleurs et se supportera les frais de défraiement des coaches (500 euros par moi). « Les clubs investiront également dans deux kits d’oreillettes pour un total de 1500 euros. Ce qui permettra aux jeunes arbitres et aux coaches d’être constamment en contact pendant les matches », se réjouit Alexandre Boucaut.

Les candidatures peuvent être posées jusqu’au 15 mai et l’ACFF précise qu’en cas de nombreuses sollicitations, des clubs satellites (Union SG, RWDM…) pourraient venir se greffer au projet.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo