Abonnez-vous pour 1€

Violence policière contre un migrant soudanais à Bruxelles: une information judiciaire ouverte, un policier privé de liberté! (vidéos)

Vidéos
Violence policière contre un migrant soudanais à Bruxelles: une information judiciaire ouverte, un policier privé de liberté! (vidéos)
Capture vidéo

Les faits – scandaleux et honteux ! – ont débuté ce mardi soir, vers 22 h 15, à hauteur de la place Anneessens, dans le centre-ville de Bruxelles, devant témoins dont Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne qui vient en aide aux migrants. « Une camionnette de police est arrivée à vive allure et a dévié de sa trajectoire pour ensuite tirer un frein à main et tenter de couper la route à un jeune migrant soudanais qui partait en courant à la vue de la police et s’est réfugié dans la bouche de métro », explique notre témoin.

« Une petite dizaine de policiers l’ont coincé dans les escalators, l’ont remonté et l’ont collé brutalement contre la camionnette. Ils se sont adressés à lui dans une langue qu'il ne comprend pas de façon extrêmement agressive, l’ont fouillé et ont vidé son sac à l'arrière de la camionnette de façon tout aussi brutale et irrespectueuse ; avant de l’embarquer dans leur camionnette et de partir en trombe. Moins d’une demi-heure plus tard, deux jeunes l’ont retrouvé désorienté et perdu, en larmes, à terre, à hauteur du Quai de Willebroeck. Des policiers l’avaient brutalisé, gazé, lui cassant son téléphone portable et le jetant en pleurs sur le bord de la route », dénonce Mehdi Kassou.

« Le jeune Soudanais est allé aux urgences en état de choc pour faire constater ses lésions multiples, à l'œil et sur le corps avec plusieurs jours d'incapacité à la clé. J'espère sincèrement que nous pourrons faire valoir les principes de fraternité, d'égalité et de justice dans cette sinistre affaire qui intervient à une époque où l'on pourrait penser que ces attitudes appartiennent à une période barbare révolue », ajoute celui qui précise que la victime, probablement encore mineure ou alors tout juste majeure, est vraisemblablement arrivée en Belgique une semaine après le début du confinement et a pu déposer plainte en bonne et due forme ce mercredi.

« Notre corps de police avait déjà pris connaissance des faits et a saisi son service des affaires internes afin qu'une enquête soit initiée pour déterminer les circonstances d'espèce de l'intervention. Cette enquête interne est d'ores et déjà en cours. Nous attendons ses résultats, mais soyez assuré de notre volonté de faire la pleine et entière lumière sur cette affaire », indique Ilse Van de keere, porte-parole de la police de Bruxelles Capitale / Ixelles.

« Si les allégations de violences de membres de notre personnel devaient s'avérer exactes, soyez certain que les mesures adéquates seront prises. En effet, jamais nous ne tolérerons au sein de notre corps de police de comportements inadéquats et encore moins quand il est question de violences », insiste-t-elle.

Également questionné, le parquet de Bruxelles fait savoir par la voix de son porte-parole, Denis Goeman, que « une information judiciaire a été ouverte par son office et que le procureur du Roi va diligenter une enquête et engagera des poursuites si une ou plusieurs infraction(s) pénale(s) est ou sont établie(s) dans cette affaire ». Selon nos informations, l’un des quatre policiers concernés aurait été privé de liberté en vue de son audition pas plus tard que ce mercredi, preuve que cette sinistre affaire est prise très au sérieux.

Cartes, podcasts,...: notre offre «multimédias» sur le coronavirus

Le cap des 6.000 décès franchi ce mercredi... Mais le pic serait derrière nous ! (Pierre Nizet)

Notre visite surprise chez Carrefour, Lidl, Delhaize, Colruyt et Aldi (Muriel Sparmont)

Recyparcs : l’énorme couac de communication de l’InBW(Pierre Nizet)

Nos 10 derniers podcasts sur la crise du coronavirus :

Notre sélection vidéo