Abonnez-vous pour 1€

Sursis jusqu’à lundi avant l’expulsion d’une quinzaine de transmigrants logés aux Fawes, à Charneux

Le bâtiment principal des Fawes. Les transmigrants, eux, logent depuis le lundi 20 à la Bergerie.
Le bâtiment principal des Fawes. Les transmigrants, eux, logent depuis le lundi 20 à la Bergerie. - D.R.

Alors que la responsable de l’ASBL qui a organisé leur hébergement estime qu’ils doivent pouvoir y rester, en vertu d’un courrier de la ministre wallonne Morreale relatif à l’hébergement des sans abri. De son côté, le bourgmestre, Marc Drouguet, estime qu’il a été mis devant le fait accompli et que légalement, un logement touristique ne peut abriter des gens ne période de confinement. Il prône plutôt une procédure Fedasil, pour une demande d’asile en Belgique, que les transmigrants, qui veulent passer en Angleterre, ne sont guère enclins à suivre.

C’est une nouvelle étape d’un parcours mouvementé pour ces jeunes qui espèrent gagner la Grande-Bretagne, mais qui sont bloqués en Belgique depuis des mois, faute d’être parvenus à passer la Manche, notamment en montant dans des camions incognito.Morreale prévoit que ces mesures doivent être prises en concertation avec les mayeurs, les présidents de CPAS et les structures locales d’aide ou d’hébergement de la Croix-Rouge.

Notre sélection vidéo