Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus: ces étranges photos que vient de supprimer le laboratoire chinois de Wuhan, soupçonné d’être à l’origine de l’épidémie… (photos)

Photos
Laboratoire de Wuhan à l’intérieur et à l’extérieur (photo d’illustration)
Laboratoire de Wuhan à l’intérieur et à l’extérieur (photo d’illustration) - Belga image

C’est en se baladant sur le site de l’Institut de virologie de Wuhan, en Chine, que les médias britanniques ont découvert que certaines photos avaient étrangement été supprimées de la page web. Alors, il convient de prendre ces informations avec les pincettes d’usage mais il est vrai que le timing pose question et le doute s’installe alors que ce laboratoire est au cœur des spéculations en cette crise de nouveau coronavirus.

Au centre des soupçons de Washington

Faisons un bref rappel des faits. Le mois dernier, le Wahsington post révélait qu’un laboratoire chinois était dans le viseur du Département d’État américain, car il est soupçonné d’être à l’origine du déclenchement de la pandémie de Covid-19. Ce laboratoire n’est autre que l’Institut de virologie de Wuhan, un établissement connu pour ses recherches sur le coronavirus des chauves-souris. Des recherches pour lesquelles il a d’ailleurs reçu de nombreuses mises en garde.

Depuis ces révélations, le doute n’a cessé de grandir. D’autant que les autorités américaines n’ont cessé de rappeler leurs soupçons, Donald Trump en tête. Jeudi dernier, le président des Etats-Unis liait le nouveau coronavirus à l’Institut de virologie de Wuhan tout en menaçant la Chine de taxes punitives. Un jour plus tard, c’est le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo qui affirmait sur la chaîne ABC qu’il existait « nombre significatif de preuves » que le nouveau coronavirus provient d’un laboratoire de la ville chinoise de Wuhan.

Surtout, les Etats-Unis regrettaient un manque de collaboration de la chine afin de faire toute la lumière sur l’origine de la pandémie. « Ils continuent d’empêcher l’accès aux Occidentaux, aux meilleurs médecins. Il faut que nous puissions aller là-bas. Nous n’avons toujours pas les échantillons du virus dont nous avons besoin », dénonçait Mike Pompeo.

« Des normes de sécurité insuffisantes », « Un manque de personnel qualifié »…

Mais revenons-en aux fameuses photos. Ce week-end, le DailyMail a jeté un pavé dans la mare étayant la thèse américaine. Sur les différents clichés, supprimés du site internet de l’Institut de virologie de Wuhan, on y voit des scientifiques chinois manipuler du matériel très sensible, dont des chauves-souris, sans pour autant porter le matériel de protection adéquat.

Pour le média britannique, ils montrent « des normes de sécurité insuffisantes » pour un laboratoire au centre des soupçons pour les raisons détaillées précédemment. Et ce n’est pas tout puisque des références à des visites de diplomates américains, comme celle de Rick Switzer -un expert en sciences et technologies de laboratoire- en 2008, ont été supprimées. Pourquoi ? Probablement car à la suite de cette visite, l’expert rattaché à l’ambassade américaine de Pékin aurait envoyé une alerte à Washington pour des risques sérieux autour d’expériences menées sur des chauves-souris, affirme le DailyMail. Ce rapport aurait, dans les grandes lignes, pointé le manque de personnel qualifié pour un tel établissement.

Des rapports indiquaient également que le laboratoire présentait des faiblesses au niveau de sa gestion, posant des risques sanitaires graves. Le Sun avait d’ailleurs publié la semaine dernière d’autres photos de l’Institut de virologie de Wuhan, cette fois à l’intérieur, montrant par exemple le joint cassé d’une porte d’armoire frigorifique contenant des souches différentes de virus.

Une chose est certaine, ces nouvelles révélations vont alimenter encore un peu plus les soupçons des Etats-Unis. Jusqu’à ce qu’ils apportent les preuves de leur accusation ?

Carte, podcasts...: notre offre «multimédias» sur la crise du coronavirus

Le style des conférences de presse du Centre de crise change…(Alison Verlaet)

Le déconfinement en Belgique ce 4 mai: ce qui est autorisé et ce qui reste interdit(Benoit Jacquemart)

Nos 10 derniers podcasts sur la crise du coronavirus :

Notre sélection vidéo