Abonnez-vous pour 1€

C’est le jour-j pour le Standard: les 106 jours qui ont fait plonger les Rouches dans le doute

Le président Venanzi vient de vivre quatre mois très difficiles à la tête du Standard. @News
Le président Venanzi vient de vivre quatre mois très difficiles à la tête du Standard. @News

Cette semaine, le Standard espère voir briller une éclaircie dans un ciel qui s’est obscurci depuis le début de l’année. Ce mardi, sous le coup de 19 heures, Maître Gregory Ernes va tenter de réussir devant la Cour belge d’arbitrage pour le Sport (CBAS) là où le directeur général Alexandre Grosjean et Bryan Whitnack, le conseiller financier du président, avaient échoué devant la Commission des licences, à savoir obtenir le précieux sésame pour avoir le droit d’évoluer en D1A. Pour convaincre les trois arbitres de la CBAS, il va devoir montrer les preuves de paiement des primes de février – documents arrivés hors délai à la Commission des licences – mais aussi démontrer que l’immobilière du Standard de Liège est solvable pour racheter le stade pour lequel un compromis de vente a déjà été signé le 31 mars. Avec cette transaction, le fonds de roulement négatif de 14 millions serait oublié et la continuité du club jusqu’au terme de la saison 2020-21 assurée. Tel est donc l’enjeu de l’audience qui se déroulera en début de soirée par vidéo conférence.

Si la sentence de la CBAS, attendue d’ici le 10 mai, est favorable au club liégeois, cela lui permettrait de revoir un peu de lumière dans un avenir qui passera, inévitablement, par une sérieuse remise en question dans les bureaux du club. Pour redorer une image qui en a pris un sérieux coup ces derniers mois.

> Depuis le début de l’année et la mauvaise gestion de la reconduction de contrat de Dimitri Lavalée jusqu’à cette lutte stressante, et pas encore gagnée, dont il se serait bien privé pour l’obtention de la licence, le club a vécu un calvaire lié à la suite du dossier du Footbelgate, celui de l’agent Christophe Henrotay, la plainte de Saint-Trond dans le transfert d’Edmilson ou encore le « c’est à prendre ou à laisser » adressé aux joueurs concernant la diminution de salaire liée au Covid-19.

> Les dossiers judiciaires revenus dans l’actualité.

> L’histoire de la réduction des salaires laissera des traces !

Foot amateur et chez les jeunes

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo