Abonnez-vous pour 1€

Football, tennis, basket, hockey...: comme les professionnels, les sportifs amateurs attendent des réponses ce mercredi

Delferière est serein.
Delferière est serein. - ACFF

Justement, ces fédérations travaillent-elles de concert pour interpeller les décideurs  ? Les présidents que nous avons consultés nous répondent un « non » unanime, tout en le justifiant par les spécificités de chaque discipline, qui voit donc son intérêt propre.

Une immense visioconférence regroupant… 60 présidents de fédération de la Communauté française a bien eu lieu la semaine dernière avec le cabinet de Valérie Glatigny, la ministre francophone en charge des Sports, et les experts Erika Vlieghe et Marius Gilbert.

Mais c’est surtout au sein de l’AISF (Association Interfédérale du Sport Francophone) que des ponts sont établis entre les différents sports, comme l’explique André Stein, président de l’AFT (Association francophone de Tennis) et de l’AISF : « C’est plutôt ici que les fédérations se rejoignent puisque l’AISF est aussi leur relais auprès de l’ADEPS ou du cabinet de la ministre des Sports. Mais le rôle est plus dans la formation ou le conseil, juridique, économique ou législatif, notamment dernièrement concernant les formalités à remplir pour le fameux « droit passerelle ». Des contacts directs avec le CNS n’existent pas puisque nous nous référons d’abord à l’ADEPS et au cabinet de la ministre qui, eux, sont en lien avec le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, actif au sein du Conseil national de sécurité (CNS). »

►► Tennis, football, hockey sur gazon, basket...: les diverses fédérations sportives attendent de réelles réponses ce mercredi!

Notre sélection vidéo