Abonnez-vous pour 1€

Mons: la machine pour décontaminer les masques des soignants en test à l’hôpital Ambroise Paré

Frédéric De Meulemeester a présenté la machine M-Steryl.
Frédéric De Meulemeester a présenté la machine M-Steryl. - A.U.

C’est une première en Belgique : une machine a été mise au point à Mons pour décontaminer les masques utilisés par les soignants et ainsi permettre de les réutiliser. Concrètement, le procédé utilisé est la chaleur sèche. Chaque soignant met son masque dans une boîte en métal nominative et les boîtes vont dans la machine. Sorte de four très perfectionné, M-Steryl atteint une température d’environ 100ºC. En deux heures, 99,9 % des microbes doivent avoir disparu. Autre point important : les masques ne sont pas mis en commun et ne peuvent donc pas se contaminer entre eux. Grâce à la boîte en métal, chaque soignant récupère son masque décontaminé et peut le remettre jusqu’à 4 fois (il est décontaminé maximum 3 fois).

> « C’est le même principe que lorsque votre grand-mère faisait bouillir ses pots de confiture »

> Pour réutiliser les masques et jeter moins : « Nous avons doublé notre quantité de déchets depuis le début de la crise au CHU Ambroise Paré », indique Stéphane Olivier, directeur général de l’hôpital.

> Elio Di Rupo était présent : « Cela peut encore continuer de nombreux mois... »

La machine permet de décontaminer 1.400 masques FFP2 par jour ou 2.000 masques chirurgicaux. Le procédé fonctionne également pour décontaminer les blouses chirurgicales : 150 par jour. « On y travaille ». Un cycle autonettoyant est même prévu, tout comme les fours qui ont la pyrolyse.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be