La Commission européenne approuve les nouveaux tarifs de gros du câble: Orange réagit

La Commission européenne approuve les nouveaux tarifs de gros du câble: Orange réagit
Belga Image

Dans une réaction, Orange, très concerné par le projet de décision des régulateurs, pointe cependant les commentaires de la Commission, en particulier celui d’un « risque d’une surcompensation injustifiée des coûts des câblo-opérateurs, au détriment des consommateurs belges ». L’entreprise appelle dès lors à adapter au plus vite ces tarifs à la baisse.

Orange se positionne sur le marché belge comme un opérateur alternatif. Ne disposant pas de ses propres réseaux câblés, il « loue » l’infrastructure de Telenet, Voo (Nethys) et Brutélé pour proposer ses produits à ses clients. Les prix de gros qu’il paie sont cependant trop élevés à ses yeux.

Il y a un mois, l’opérateur avait déploré que la Conférence des régulateurs des communications électroniques (CRC), qui regroupe l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) et les trois régulateurs médias communautaires (CSA, Medienrat et VRM), eut modifié « de manière significative » le projet de proposition de la mi-2019 sur ces tarifs de gros, qu’elle a ensuite transmis à la Commission européenne.

La plupart des tarifs de gros y augmentaient de manière plus ou moins substantielle par rapport au projet de décision de juillet 2019, ce qui aurait conduit à des tarifs de gros dépassant clairement le niveau des ’redevances équitables’, craignait Orange.

Un « changement majeur » regrettable

L’opérateur regrettait en outre « le changement majeur survenu dans la méthodologie de recouvrement des coûts, qui conduit à compenser de façon trop significative les coûts réels des réseaux câblés ». À ses yeux, le texte incluait clairement des éléments menant à une surcompensation des frais encourus par les opérateurs de réseaux câblés, au détriment des consommateurs belges.

« Les commentaires publiés aujourd’hui par la Commission européenne vont dans le même sens et pointent notamment un risque élevé d’une surcompensation des opérateurs de réseaux câblés », relève ainsi lundi soir Orange.

« La Commission se réfère en particulier au niveau élevé des majorations et marges supplémentaires, ainsi qu’au prix élevé du Mbps durant les pics de traffic, ce qui aura un effet inflationniste au fil du temps. La Commission remet aussi en cause l’inclusion des coûts pour la télévision analogique dans le modèle de coûts d’un opérateur efficient », détaille l’entreprise.

D’après l’opérateur, ces coûts « excessifs » se répercuteraient sur les consommateurs belges, qui auraient à payer « des prix injustement élevés pour leurs services internet haut débit et de télévision numérique et seraient confrontés à des hausses continues de ces prix au fil du temps ».

Orange invite dès lors les régulateurs à prendre ces commentaires en compte « au plus vite » et à améliorer leur proposition en réduisant les coûts, « afin d’éviter toute surcompensation des coûts et des hausses injustifiées des prix, au détriment des consommateurs ».

Notre sélection vidéo