Abonnez-vous pour 1€

Arnaques, robots…: les plaintes pour harcèlement téléphonique en hausse

Arnaques, robots…: les plaintes pour harcèlement téléphonique en hausse

L’année 2019 connaît une augmentation de 8,92 % du nombre de plaintes liés au harcèlement téléphonique auprès du Service de médiation pour les télécommunications. 4.410 requêtes ont été enregistrées en 2019 contre 4.059 en 2018.

« La problématique du harcèlement téléphonique et le manque de solution pour mettre fin aux appels dérangeants ont conduit ces dernières années au dépôt de milliers de requêtes relatives aux appels malveillants et de plusieurs centaines de plaintes de médiation visant les possibilités de blocage des appels indésirables », peut-on lire dans le rapport 2019 qui vient d’être publié.

« En 2019, le service de médiation constate que les appels dérangeants augmentent et de très nombreux plaignants se sentent impuissants, énervés face à ce type de harcèlement qui, dans certains cas, se fait jour et nuit et ce, de manière plus que répétitive. »

Le type de harcèlement

Conflits de famille, de voisinage, de travail… Selon le rapport, un quart des dossiers de harcèlement concernent la vie privée (1.105 plaintes).

18,21 % des dossiers concernent le phishing sans préjudice financier (soit 803 dossiers) et 1,50 % avec préjudice financier (soit 66 dossiers). « Il arrive de plus en plus souvent que des fraudeurs tentent de tromper des citoyens par sms ou par téléphone afin de leur subtiliser leurs données bancaires ou données personnelles. », explique le service de médiation dans le rapport.

Pour 16,17 % des dossiers appels malveillants, les présumés auteurs sont des call centers situés en Belgique (soit 448 dossiers) ou à l’étranger (soit 265 dossiers).

Enfin, 401 plaignants ont affirmé victimes d’appels malveillants émanant… de robots. Un concept largement répandu aux États-Unis qui repose sur un système automatisé d’appel sans intervention humaine.

Baisse des plaintes contre les opérateurs

En 2019, les plaintes introduites auprès du médiateur qui concernaient des opérateurs de télécommunications étaient en diminution. On en a dénombré 11.406 contre 12.452 en 2018.

Dans le top 5 des opérateurs faisant l’objet de demandes de médiation, on retrouvait Proximus (7.565 plaintes), Telenet (3.951), Orange Belgium (2.260), Scarlet (1.288) et VOO (590). 40.95 % des plaintes concernaient des problèmes de facturation, 23,14 % des soucis de questions contractuelles, et 11,52 % des problèmes de dérangements.

Notre sélection vidéo