Abonnez-vous pour 1€

Deux heures après avoir pris cette photo, ce bébé de 8 mois décède de la maladie de Kawasaki, en lien avec le coronavirus, en Angleterre (photos)

Photos
Deux heures après avoir pris cette photo, ce bébé de 8 mois décède de la maladie de Kawasaki, en lien avec le coronavirus, en Angleterre (photos)
Capture Facebook

Le petit Alexander Parsons avait à peine 8 mois quand il est décédé, le 25 avril dernier. L’enfant a succombé à une maladie inflammatoire rare, proche de la maladie de Kawasaki que l’on soupçonne d’être en lien avec le coronavirus.

Le bambin n’avait aucun problème de santé et quelques heures à peine avant de faire une rupture d’anévrisme, l’enfant était totalement heureux et normal. « Je n’arrive pas à croire que je l’ai porté pendant plus longtemps qu’il a été en vie. Je ne serais plus jamais la même », a déclaré sa maman, Kathryn Rowlands, à nos confrères du Sunday Mirror.

Un des premiers signes de la maladie chez le petit Alex a été une éruption cutanée dans son dos, ressemblant à un coup de soleil. L’enfant a également commencé à avoir de la température et des ganglions enflés. Ses parents ont alors contacté les urgences qui ont d’abord pensé aux oreillons. Le 6 avril, le bébé a été admis à l’hôpital Derriford de Plymouth. Rapidement, les médecins ont diagnostiqué une forme de maladie de Kawasaki. Mais quelques jours plus tard, son état s’est empiré. Alex a alors été transféré à l’hôpital Royal pour enfants de Bristol. Il y a subi un scanner cardiaque qui a montré plusieurs anévrismes coronaires. L’enfant est décédé le lendemain. « Je voulais le mettre au lit mais il était vraiment mal. Il pleurait d’une manière que je n’avais encore jamais entendue. Je l’ai bordé et j’ai essayé de lui chanter une berceuse mais sa tête est partie en arrière », poursuit Kathryn.

Pendant près d’une heure, les médecins ont tenté de le réanimer, en vain. À cause des restrictions sanitaires, le père d’Alex n’a pas pu être présent pour les derniers instants de son fils. Il a appris par une infirmière que l’enfant avait fait un arrêt cardiaque.

« Les médecins qui se sont battus pour sauver Alex ont été incroyables, mais s’ils avaient su plus sur la maladie de Kawasaki et ses liens avec le coronavirus, ils auraient sûrement pu en faire plus. D’autres parents seront dans la même situation si le gouvernement n’écoute pas les conseils des scientifiques », soutient Kathryn.