Abonnez-vous pour 1€

Les bourgmestres trop stricts rappelés à l’ordre: en colère face à cette mesure, certains réagissent et se disent prêts à «désobéir»!

Les bourgmestres trop stricts rappelés à l’ordre: en colère face à cette mesure, certains réagissent et se disent prêts à «désobéir»!
Photo News

Franchement, on s’en doutait ! Notre sujet consacré hier à la lettre envoyée par le ministre de l’Intérieur aux gouverneurs pour qu’ils fassent entendre raison à certains bourgmestres a eu son lot de réactions. À commencer par les maïeurs en question qui sont prêts à se mettre « hors-la-loi ». Certains, c’est le cas de Josy Arens (Attert) dirait bien à Pieter De Crem sa façon de penser.

Ces bourgmestres n’ont pas digéré qu’on leur fasse remarquer qu’ils vont (parfois) trop loin en matière d’ordonnances de police. Non, confirme-t-on aujourd’hui du côté du ministre, elles ne peuvent pas être plus strictes que ce qu’a décidé le CNS. « On en avait justement discuté au CNS mercredi dernier. Depuis le 14 mars, on est toujours en phase fédérale et c’est important de le rappeler », répond Erik Eenaerts, le porte-parole de Pieter De Crem qui a lu notre article paru mardi. »

Aux quatre coins de la Wallonie, des bourgmestres en colère réagissent.