Abonnez-vous pour 1€

Yvoir: braquage au ‘panier de Victor’, le voleur a été arrêté

La victime a continué à travailler après l'agression.
La victime a continué à travailler après l'agression. - S.D.

Ce mercredi, une des vendeuses du panier de Victor de Spontin ayant pourtant subi une agression la veille aux alentours de 17h, était au poste. « Comme je sais que l’agresseur a été interpellé, je suis revenue », dit-elle.

Un client a suivi le voleur

En effet, mardi, un homme âgé de 49 ans est entré aux alentours de 17h dans la supérette ‘Le panier de Victor’ à Spontin. L’homme avait le visage encagoulé et il était armé d’un couteau. La vendeuse, qui a gardé son sang-froid, explique : « Quand il est arrivé, il y avait d’autres clients dans le magasin. Il a alors sorti son couteau. Il ne l’a pas posé sur moi mais il a fait un geste en faisant semblant de mettre le couteau devant sa carotide. C’était une menace à mon égard », commence notre interlocutrice. « Face à cet homme, je me suis mise en mode automatique. J’ai donc ouvert la caisse, à contre cœur, afin qu’il se serve. Je n’ai rien dit. Je me suis dit que si je criais, un client aurait pu s’énerver et nous ne savions pas quelle tournure cela aurait pu prendre. Et puis, je ne vais pas mettre ma vie en danger pour quelques centaines d’euros », dit-elle.

L’homme a ensuite pris la fuite. Le parquet de Namur précise que l’homme est parti avec un butin de 500 euros.

Quand il est sorti du magasin, le voleur a bousculé un client. Une fois dehors, la vendeuse a crié « au voleur ». « Et là, un client l’a suivi. L’homme a retiré sa cagoule. Il est ensuite monté dans une voiture. Le client a pris le numéro de plaque d’immatriculation, la couleur de l’auto… J’ai directement appelé ma patronne. Nous avons donné les informations à la police », détaille la vendeuse.

Elle ne veut pas voir les images

Après cette agression, cette employée, très courageuse, a continué à travailler. « C’est ma technique de défense. Si je ne poursuivais pas, je sais que je n’aurais peut-être pas remis les pieds si facilement dans le magasin. Et puis, je sais qu’il a vite été arrêté. Si cela n’avait pas été le cas, je ne sais pas si je serais revenue dans la supérette de Spontin. J’aurais demandé à ma patronne d’aller dans un de ses autres établissements », précise-t-elle.

En effet, l’homme a vite été interpellé par la police. Des agents ont croisé son véhicule en se rendant sur les lieux. Le voleur est en aveux. Il doit passer devant le juge d’instruction ce mercredi. Les vidéos de surveillance ont été analysées. « Quant à moi, je n’ai pas voulu les voir. Si j’analyse ces images, j’ai peur que ce soit trop impressionnant pour moi alors que là, j’ai enclenché un moyen de me protéger face à cette agression », explique la vendeuse.

Et sa technique fonctionne. Sa patronne a accompagné sa travailleuse durant l’ouverture ce mercredi mais après, la victime a assuré son service et cela, toujours avec le sourire.

S.D.

Notre sélection vidéo