Abonnez-vous pour 1€

Fusillade dans une mosquée près d’Oslo: la défense de l’assaillant plaide l’acquittement pour psychose

Fusillade dans une mosquée près d’Oslo: la défense de l’assaillant plaide l’acquittement pour psychose
Isopix

Vêtu d’un gilet pare-balles et d’un casque équipé d’une caméra, le jeune homme avait ouvert le feu le 10 août 2019 au centre islamique Al-Noor à Baerum, sans faire de blessés graves, avant d’être maîtrisé par des fidèles. La police avait ensuite retrouvé le corps de sa demi-sœur adoptive, d’origine chinoise, tuée de quatre balles à leur domicile.

L’avocate de la défense, Unni Fries, a plaidé l’acquittement, invoquant contre l’avis de son client des éléments tendant à étayer une psychose. Elle a notamment invoqué sa « perception plutôt paranoïaque du monde », soulignant que Manshaus croyait la population européenne « menacée de toutes parts par les musulmans, les juifs, l’égalité des sexes, les homosexuels, les médias et les autorités en général ». « Si la cour juge qu’il est irresponsable, il peut être condamné à des soins psychiatriques forcés », a-t-elle argumenté.

Isopix

Pendant le procès, trois experts ont cependant conclu à la responsabilité pénale de Manshaus.

L’extrémiste de droite reconnaît les faits mais rejette les chefs d’accusation, assurant avoir agi par « état de nécessité », une notion juridique qui autorise des actes illégaux dans des conditions exceptionnelles, à savoir, selon lui, pour assurer la « survie de la race blanche ».

En novembre 2019, lors de son procès à Oslo, Philip Manshaus avait réalisé un salut nazi.
En novembre 2019, lors de son procès à Oslo, Philip Manshaus avait réalisé un salut nazi. - Isopix

Le parquet norvégien a, lui, requis plus tôt mercredi une peine de 21 ans de prison prolongeable. Assortie d’un minimum de 14 ans, la peine de prison spéciale (« forvaring ») peut être indéfiniment prolongée, aussi longtemps que le condamné est jugé dangereux. La perpétuité n’existe pas en Norvège.

Notre sélection vidéo