Abonnez-vous pour 1€

Un Liégeois en aveux risque la prison pour pédopornographie: il voulait se procurer une dose d’adrénaline suite à des difficultés personnelles

Le palais de justice de Liège.
Le palais de justice de Liège. - PhotoNews

Le Centre national américain pour enfants disparus et sexuellement exploités (NCMEC) avait dénoncé le prévenu à la police belge après avoir découvert qu’il avait diffusé sur Internet une vidéo impliquant une mère et son enfant dans des ébats sexuels. L’enquête avait conduit à une perquisition réalisée au domicile du prévenu et révélé la présence sur ses ordinateurs de fichiers pédopornographiques et des traces de ses activités.

Le prévenu avait surfé sur des sites pédopornographiques entre septembre 2013 et janvier 2017 en utilisant des mots-clés spécifiques à ses recherches, orientées vers les enfants âgés de 7 à 15 ans. C’est dans le cadre de l’utilisation d’un logiciel «peer to peer» qu’il avait diffusé plusieurs films. Il avait également diffusé sur un réseau social la vidéo captée par les autorités américaines.

Le parquet a requis contre lui une peine de deux ans de prison avec sursis.

Une dose d’adrénaline

En aveux des faits, le prévenu a affirmé qu’il avait enfreint l’interdit pour se procurer une dose d’adrénaline alors qu’il traversait des difficultés personnelles. Son avocat a sollicité une sanction assortie de mesures probatoires.

Le jugement sera prononcé le 12 juin.

Notre sélection vidéo