Abonnez-vous pour 1€

Choléra, rougeole, polio: les campagnes de vaccination classiques perturbées par le coronavirus, 80 millions d’enfants menacés

AFP
AFP

«Cette donnée est alarmante. C’est quelque chose que nous n’avons jamais vu de toute notre vie», a déclaré le Dr Seth Berkley, directeur exécutif de l’Alliance du vaccin (Gavi), au cours d’une conférence de presse virtuelle.

Ce cri d’alarme est lancé à quelques jours du Sommet mondial sur la vaccination qui sera virtuellement accueilli le 4 juin par le Royaume-Uni.

Peur

Comme l’expliquent l’Organisation mondiale de la santé, le Fonds des Nations unies pour l’enfance et Gavi dans un communiqué, la pandémie limite la vaccination de routine pour plusieurs raisons. Certains parents hésitent à sortir de chez eux en raison des mesures de limitation de mouvement, du manque d’information ou parce qu’ils craignent d’être infectés par le coronavirus responsable de la maladie Covid-19. En outre, de nombreux agents de santé ne sont pas disponibles en raison des restrictions de déplacement ou de leur réaffectation à des tâches relatives à la lutte contre la pandémie.

Et alors que la pandémie a cloué au sol de nombreux avions, des problèmes de logistiques et de transports perturbent l’acheminement des vaccins, a expliqué aux médias la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore.

Depuis mars, les services de vaccination systématique des enfants en particulier contre la rougeole poliomyélite, mais aussi contre le choléra, la méningite et le tétanos notamment, sont ainsi perturbés à un niveau sans précédent depuis le lancement des programmes élargis de vaccination dans les années 1970.

68 pays affectés

Selon les données recueillies par l’ONU et Gavi, le fonctionnement des services de vaccination systématique est considérablement perturbé dans au moins 68 pays, ce qui pourrait affecter environ 80 millions d’enfants âgés de moins d’un an.

Fin mars, craignant que les rassemblements de masse pour les campagnes de vaccination ne favorisent la propagation du Covid-19, l’OMS avait recommandé aux pays de suspendre provisoirement celles qui étaient menées à visée préventive, le temps d’évaluer les risques et de mettre en place des mesures efficaces pour réduire la transmission du coronavirus.

Après avoir évalué la situation, l’OMS conseille désormais «aux pays de procéder à une évaluation spécifique des risques en fonction de la dynamique locale de propagation du coronavirus, des capacités de leur système de santé et de l’intérêt pour la santé publique de mener des campagnes de vaccination».

Notre sélection vidéo