Abonnez-vous pour 1€

Le chanteur belge Lou Deprijck n’est pas hospitalisé: «J’ai perdu ma voix, je ne suis audible qu’à 5%»

Il n’a pas le coronavirus mais vit «
le cauchemar du chanteur
».
Il n’a pas le coronavirus mais vit « le cauchemar du chanteur ». - Facebook

Le cliché a de quoi faire peur : Lou Deprijck, masqué sur un lit d’hôpital. Mais non, a vite rassuré le créateur de « Ça plane pour moi », il n’était pas hospitalisé, jeudi, après avoir ressenti les premiers symptômes du Covid. Mais pour de problèmes de gorge.

Souriant, vivant à 100 à l’heure, Lou Deprijck a vécu son confinement, dans un premier temps, en Thaïlande. Il en avait même profité pour tourner un clip, à Pattaya, sa deuxième maison. Là-bas, il s’est fait un ami belge, Max Dienst, devenu gérant d’un restaurant et manager d’un club de gogos danseuses.

Mais Lou avait réussi à trouver un vol, fin avril, pour revenir dans le plat pays. Depuis chez lui, à Lessines, il postait de temps à autre quelques vidéos de lui réinterprétant l’une ou l’autre chanson.

Et puis, sa voix est partie, presque totalement: « Il me reste 5 % de ma voix, elle a à peine audible »

Il doit suivre un traitement pendant trois semaines.

Notre sélection vidéo