Abonnez-vous pour 1€

Décès de la peintre Francine Holley: la Liégeoise s’est éteinte à l’âge de 101 ans

Décès de la peintre Francine Holley: la Liégeoise s’est éteinte à l’âge de 101 ans

Francine Holley, née à Liège le 23 novembre 1919,, peintre abstraite de grand talent s’est éteinte à Paris dans la nuit du 22 au 23 mai, entourée de sa famille.

Élève de Lhote, Dewasne et Léger, cette Liégeoise a su se démarquer de ses maîtres pour s’affirmer dans des compositions pleines d’audace. Pendant 30 ans, elle a été un soutien indéfectible du Musée d’Art Abstrait de Jette-Bruxelles jusqu'à son ouverture. Une sélection de ses œuvres y est actuellement présentée au musée pendant tout l’été.

Francine Holley est née en 1919 à Liège dans une famille de musiciens. Elle se tourne vers la peinture dès ses 18 ans. Après la guerre, elle entre à l'Académie des Beaux-Arts de Liège où elle rencontre Georges Collignon, qui la persuade d’opter pour l'abstraction : elle y trouve un moyen de se libérer des contraintes de la figuration. En 1946, elle rencontre son futur époux, l'architecte parisien Michel Holley, qu'elle suit à Paris. Elle ne quittera plus la capitale française. Elle y travaille dans l'atelier d'André Lhote, puis dans celui de Fernand Léger. En 1950, elle collabore avec Jean Dewasne et Edgar Pillet avant d’exposer ses premières œuvres abstraites au « Salon des Réalités nouvelles ». Elle a fait partie de l'APIAW à Liège et a été membre des mouvements belges Art abstrait (1954) et Art construit (1960). Francine Holley a été l’une des rares femmes de son époque à pénétrer dans le milieu de l’abstraction.

Elle a également réalisé plusieurs œuvres pour l'architecture, des décorations murales et des sculptures.

Notre sélection vidéo