Abonnez-vous pour 1€

La Commission européenne en quête d’un compromis sur un fonds de relance de 1.000 milliards d’euros

La Commission européenne en quête d’un compromis sur un fonds de relance de 1.000 milliards d’euros

Les positions se sont clarifiées quand Paris et Berlin ont proposé il y a une semaine un plan de 500 milliards d’euros, via un mécanisme inédit de mutualisation de la dette européenne. Un changement de doctrine surprenant de la part de Berlin, longtemps hostile à cette idée.

Un endettement commun est rejeté par les pays du Nord, qui reprochent leur laxisme budgétaire à leurs partenaires du Sud de l’Europe, les plus touchés par la pandémie mais aussi les plus endettés et pour qui il est plus onéreux d’emprunter.

La proposition présentée par Emmanuel Macron et Angela Merkel prévoit que la Commission européenne finance la relance en empruntant sur les marchés « au nom de l’UE », et que l’argent soit ensuite reversé sous forme de dotations, et non de prêts, aux pays et aux secteurs et régions les plus touchés. Une perspective à laquelle s’opposent les pays dits « frugaux » (Pays-Bas, Autriche, Danemark et Suède).

Dans l’« instrument de relance » que la Commission présentera mercredi devant le Parlement européen, les fonds seraient pour la moitié alloués en prêts et le reste en aides et financements directs pour des programmes.

Cet instrument viendrait s’ajouter aux 240 milliards d’euros de prêts du Mécanisme européen de stabilité (MES, le fonds de secours de la zone euro), aux 200 milliards du fonds de garantie pour les entreprises et aux 100 milliards de l’instrument SURE créé pour soutenir le chômage partiel. Mais l’unanimité des 27 est requise pour l’adoption du budget à long terme et du fonds de relance qui y est adossé.

Notre sélection vidéo