Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus en Belgique: «Nous avons pris les bonnes mesures au bon moment», estime Maggie De Block

Coronavirus en Belgique: «Nous avons pris les bonnes mesures au bon moment», estime Maggie De Block
Belga image

Ce jeudi matin, la ministre de la Santé est intervenue sur Radio 1 pour commenter la crise du coronavirus. Pour elle, la gestion de l’épidémie en Belgique a été bonne : « Nous avons pris les bonnes mesures au bon moment », lance-t-elle. Car Maggie De Block le rappelle, « il s’agissait d’un nouveau virus sans précédent ». « Nous avons reçu des informations des Chinois selon lesquelles c’était un virus léger et légèrement plus contagieux que la grippe. Mais au fur et à mesure, nous avons appris qu’il était plus dangereux pour certains groupes d’âge. »

Pourtant, certains médecins belges avaient déjà tiré la sonnette d’alarme. La ministre de la santé avait d’ailleurs qualifié l’un d’entre eux de drama queen. « Mais ce médecin a dit que notre système de santé allait s’effondrer, alors que je savais ce que nous avions fait pour transformer nos hôpitaux », précise De Block. « Lesystème ne s’est pas effondré. Pourtant, les gens étaient paniqués : ils avaient vu ces images d’Italie et les gens étaient terrifiés de ne pas être soignés. » Même si elle a depuis supprimé son tweet, la ministre maintient ses propos. « Au lieu de faire de telles prédictions et de créer de la panique, rejoignez l’action ».

Elle le dit au haut et fort : « nous avons pris les mesures au bon moment. Le confinement était nécessaire à ce moment-là. Maintenant, nous pouvons être fiers : nous avons affaibli cette courbe. Nous travaillons désormais sur cette deuxième vague et nous devons nous assurer qu’il s’agit d’une petite vague. »

Concernant la question des masques, Maggie De Block ne nie pas que nous aurions pu être mieux préparés. « Le matériel était en effet limité mais le marché avait été interrompu pendant des mois en raison de l’épidémie en Chine. Ils ont immédiatement arrêté leurs exportations et ont même demandé des masques. J’ai refusé, c’est comme porter de l’eau à la mer. Je pensais que si nous l’envoyions et qu’ils n’exportaient pas, à quoi cela mènerait-il ? Personne ne peut absorber la production chinoise. »

Notre sélection vidéo