Abonnez-vous pour 1€

«Tais-toi et s***»: teambuilding dans un club échangiste, intimidation sexuelle, harcèlement... la face sombre des services de police belges

Vidéo
«Tais-toi et s***»: teambuilding dans un club échangiste, intimidation sexuelle, harcèlement... la face sombre des services de police belges
RTBF

Mercredi soir, la RTBF diffusait son reportage-choc sur le harcèlement à la police (#Investigation, La Une). Pour cela, les journalistes ont mené une vaste enquête effectuée auprès de 7000 policiers interrogés sur leur bien-être.

Résultat : à la police, une personne sur trois se dit harcelée sur son lieu de travail, une femme sur quatre déclare avoir déjà été harcelée sexuellement, alors que près d’un policier sur cinq estime, lui, que la vie n’a plus que peu d’intérêt…

Un bilan qui traduit bien le malaise et le mal-être qui règnent au sein des services de police belges. Une souffrance du quotidien face à laquelle de nombreux policiers et policières se sentent impuissants, tant il est difficile de trouver quelqu’un vers qui se tourner.

Interviewé par nos collègues du Het Laatste Nieuws, Marc Duplessis (CGSP Police) en rajoute une couche : « C’est un problème global qui touche toute la police. […] Il y a aussi des cas de comportements déplacés et d’intimidation sexuelle. Mais celui qui dénonce les faits passe pour une balance. »

L’article cite notamment l’exemple d’un inspecteur bruxellois qui s’était rendu coupable de plusieurs faits graves : il avait alors interpellé son adjoint en lui disant « tais-toi et suce », mais a aussi organisé un teambuilding dans un club échangiste. Il aurait même mis sa collaboratrice sous pression afin qu’elle participe...

Sur sa lancée, le syndicaliste poursuit en dénonçant la culture du silence fait loi chez les policiers : « On essaie systématiquement de minimiser les incidents sexistes, tout comme le racisme. » Quant à la hiérarchie, « elle continue de faire la sourde oreille devant toutes les plaintes », témoigne une policière.

Notre sélection vidéo