Abonnez-vous pour 1€

Retour massif à l’école: les syndicats dénoncent une décision non-concertée, «prise sous la pression de lobbies»

Retour massif à l’école: les syndicats dénoncent une décision non-concertée, «prise sous la pression de lobbies»

« Nous avons été mis devant le fait accompli », déplore ainsi la CSC-Enseignement. « Alors que nous avions été consultés et associés aux premières réflexions, la reprise massive nous a été imposée ! « .

Pour le syndicat chrétien, cette décision -« prise sous la pression de lobbies »- va accentuer « la crise de confiance déjà existante entre les personnels de l’enseignement et le monde politique ». En effet, selon la CSC, la protection de la santé qui guidait jusqu’à présent l’ensemble des décisions est à présent passée au second plan.

La CSC rappelle aussi que le déconfinement devait s’accompagner théoriquement d’une augmentation du nombre de tests jusqu’à 30.000 par jour. Or, on en est encore loin aujourd’hui, ce qui apparente la décision de mercredi à une « rupture des engagements », selon elle.

« Le monde politique devra assumer ses responsabilités. Il a pris des décisions qui rendront les conditions de travail dans les établissements ingérables et potentiellement dangereuses », estime le syndicat chrétien. « Une fois de plus, les membres du personnel n’ont pas été pris en considération et ne se sentent pas respectés ».

La CGSP-Enseignement déplore elle aussi l’absence de concertation autour de cette décision qui, selon elle, ne va pas non plus contribuer à recréer de la confiance entre l’école et tous ceux qui la fréquentent.

Le syndicat socialiste regrette aussi que les mesures annoncées soient sorties « de la logique qui avait prévalu jusqu’ici : analyse et recommandations par les experts suivies par des décisions du Conseil national de sécurité pour une application par les différents niveaux de pouvoir. »

Enfin, le syndicat libéral SLFP-Enseignement dénonce également l’absence de concertation et dit ne pas comprendre cette reprise, « surtout que certains rapports d’expertise sont contradictoires ».

« Il apparaît qu’au vu de l’évolution de la situation actuelle et des décisions prises, on observe une concurrence qui pousse à la course à l’ouverture au détriment de l’humain, de sa sécurité et de sa santé aussi bien mentale que physique », conclut le SLFP.

Notre sélection vidéo