Abonnez-vous pour 1€

Pour le professeur en santé publique Yves Coppieters, «les phases de déconfinement vont trop vite» (vidéo)

Vidéo
Pour le professeur en santé publique Yves Coppieters, «les phases de déconfinement vont trop vite» (vidéo)

Yves Coppieters, professeur en santé publique à l’ULB est inquiet. Déconfine-t-on trop rapidement en Belgique ? Selon lui, les phases sont trop rapides : « Désormais, on est dans une phase de moindre risque, comme si le danger et le virus avaient disparu de l’environnement. Ces phases vont trop vite. La temporalité entre ces phases est un peu trop rapide ».

Le spécialiste pointe également du doigt le relâchement au sein de la population. En effet, Yves Coppieters estime que les Belges ne respectent plus suffisamment les gestes barrières, notamment la distanciation sociale : « Il reste encore beaucoup d’inconnues à propos de ce virus. Il faut donc surtout rester prudent et si on relance les activités, il faut mettre la priorité sur les gestes barrières ».

Caroline Desir réplique

Pourtant, pour la ministre de l’enseignement Caroline Désir (PS), tous les feux sont verts pour permettre cette rentrée.

Elle s’inquiète notamment de la santé mentale des enfants en s’appuyant sur l’avis de pédiatres : « Ces pédiatres ont été suivis par 16 000 médecins qui ont relayé leur appel », explique-t-elle.

« Ma responsabilité de ministre, c’est de prendre des décisions politiques. Parfois elles ne font pas l’unanimité. Je dois recevoir les critiques et les entendre mais mon boulot, c’est de trancher entre les avis ».

Elle ajoute : « Il était de ma responsabilité de permettre cette possibilité aux écoles », en précisant que le groupe d’experts du GEES a lui aussi donné un avis positif pour le retour à l’école des enfants du primaire et de maternelle.

Notre sélection vidéo