Abonnez-vous pour 1€

Une deuxième vague de coronavirus en automne ou en hiver? «C’est là qu’il faudra voir si le virus est encore extrêmement actif ou pas»

Une deuxième vague de coronavirus en automne ou en hiver? «C’est là qu’il faudra voir si le virus est encore extrêmement actif ou pas»
Belga

« Non, ce n’est pas du tout la fin du virus. Ce dernier continue à circuler et il continue à se transmettre. Mais les conditions climatiques sont à ce point favorables que, même si on ne gère pas bien la crise, le facteur climatique permet que cela se gère dans le bon sens. Les paramètres seront moins favorables en automne et en hiver, c’est donc là qu’il faudra voir si le virus est encore extrêmement actif ou pas. La question reste entièrement ouverte. Est-ce qu’il y aura encore une grosse deuxième vague en automne et en hiver ? Si le virus circule bien en été et sans trop de cas sévères, on peut espérer que non. Mais, on n’en sait rien en réalité. Ce n’est donc certainement pas la fin du virus », affirme Jean-Luc Gala, médecin infectiologue et chef de clinique à Saint-Luc.

« Au début, on ne le savait pas mais ce virus a des caractères saisonniers comme les virus du rhume. Des évidences s’accumulent et confirment qu’il a des caractéristiques au moins en partie saisonnières. Il est, en effet, sensible au degré d’humidité. Au-delà d’une certaine humidité dans l’air ambiant, le virus augmente sa transmissibilité. Quand c’est très sec, ce n’est pas favorable du tout. Par contre, chaque degré de température qui augmente, diminue sa capacité de transmission. On a donc deux facteurs qui vont un peu en sens inverse. Actuellement, on est dans des conditions optimales où il n’y a pas d’humidité et où les températures sont élevées. Des conditions complètement défavorables pour la transmission du virus », nous explique le Professeur Gala.

« Mais, en automne et hiver, on aura juste l’effet inverse. On aura probablement des températures fraîches et un degré d’humidité plus important, des conditions plus favorables pour la transmission. Il faudra donc voir ce qu’il va se passer, on n’en sait rien à l’heure actuelle. Il faudra donc rester attentif et vigilant ».

► Il est « trop tôt pour clamer la fin du virus », confirme Yves Van Laethem : voici son témoignage.

► Un vaccin ? Pas pour tout de suite !

Notre sélection vidéo