Abonnez-vous pour 1€

Les frères Borlée vont se tourner vers le 100m et le 200m cet été

Les frères Borlée en compagnie de leur père
Les frères Borlée en compagnie de leur père - Belga

Désireux de briser la routine et avides de nouveaux défis durant cette période orpheline d’objectifs à court terme, ils ont décidé de se tourner vers le 100m et le 200m cet été.

En effet, Jonathan, Kévin et Dylan ont entamé samedi une collaboration de deux mois avec Guy Ontanon, l’un des meilleurs entraîneurs du sprint français qui a notamment accompagné Christine Arron, Muriel Hurtis, Ronald Pognon et Jimmy Vicaut.

«La perspective d’une année blanche nous a contraints à nous mettre à table pour discuter de notre avenir», a reconnu d’emblée Kévin Borlée mercredi lors d’une conférence de presse au stade des Trois Tilleuls. «Cette collaboration avec Guy Ontanon va nous permettre de travailler d’autres choses, comme la puissance et la force. Il y a toujours de la place pour s’améliorer et apprendre. Je pense que cela ne peut qu’être enrichissant.»

Concrètement, Guy Ontanon, 62 ans, devrait venir en Belgique et les frères Borlée effectueront, si les conditions le permettent, des séjours de quelques jours à l’INSEP, épicentre du sport français. Pour l’instant, les échanges sont réduits à des visioconférences et des instructions d’entraînements bien précises.

Si Jonathan Borlée reconnait volontiers que ce passage sur des distances plus courtes constitue «une bouffée d’air frais» dans une saison compliquée, il a malgré tout fixé des objectifs bien précis pour les deux mois à venir.

«J’aimerais retrouver cette sensation de facilité, mon relâchement et ma vitesse dans les 200 premiers mètres», a expliqué le Bruxellois de 32 ans, désireux aussi de vouloir battre ses records sur 100 et 200 mètres.

«On veut battre nos chronos, voir ce dont nous sommes capables en nous entraînant spécifiquement sur ces courtes distances», a ajouté Jonathan, dont le meilleur temps sur 200 mètres, 20.31 réalisé en 2012, est situé à 12 centièmes du vieux record de Belgique de Patrick Stevens (20.19), qui remonte à juin 1996.

Pour Dylan Borlée, ce court passage ne peut qu’être bénéfique. «Moi aussi j’avais l’envie de changer. Je pense que modifier ses entraînements et sortir de son schéma classique, c’est un gros plus», a avancé celui qui aimerait pouvoir profiter de cette collaboration pour travailler sa sortie de virage.

Jacques Borlée, père et entraîneur des athlètes, est revenu sur la genèse de cette collaboration. «L’absence d’objectif pour 2020 a été un vide terrible», a concédé celui qui encadre les jumeaux depuis 15 ans. «Nous nous sommes dit qu’on ferait bien du 100 et 200 mètres. J’ai ensuite contacté la Fédération française d’athlétisme (FFA) et tout s’est ensuite mis en place», a expliqué celui qui va aller parler du 400 mètres à la FFA. «Il s’agit de garder l’esprit ouvert, d’aller vers la gagne.»

Mercredi, Jonathan et Kévin Borlée ont annoncé qu’ils continueraient leur carrière sur la piste «au moins jusqu’en 2022». Ils devraient donc disputer les JO en 2021 puis les Mondiaux et les championnats d’Europe l’année suivante.

Notre sélection vidéo