Abonnez-vous pour 1€

Recrudescence des arnaques sur internet avec la crise sanitaire: «Les malfrats jouent la carte de l’inquiétude»

Illustration
Illustration - D.R.

L’octogénaire brabançon a reçu un appel, mercredi vers 16h00, sur son téléphone fixe. S’exprimant en anglais, son interlocuteur s’est présenté comme étant un opérateur de la société Microsoft et lui a expliqué que les dispositifs de sécurité de son ordinateur étaient devenues obsolètes, lui proposant dès lors une nouvelle formule censée être efficace durant deux ans, pour la somme de 49 euros.

Intéressé par l’offre, la victime a suivi les instructions de l’individu, remplissant un formulaire en ligne et précisant diverses données. L’escroc présumé a rappelé sa victime quelques heures plus tard, en vue de finaliser la demande. Le Waterlootois a ensuite constaté que 13 retraits avaient été effectués sur son compte bancaire pour une somme de quelque 20.000 euros.

« Il existe des publics cibles comme les personnes plus âgées, mais également les personnes pratiquant le télétravail en raison de la crise », explique Olivier Bogaert, commissaire à la Computer crime unit de la police fédérale (FCCU). « Sachant que les gens ont besoin de disposer d’un ordinateur parfaitement opérationnel, les malfrats jouent la carte de l’inquiétude. Ils utilisent des noms de sociétés comme Microsoft, Apple ou encore les instances européennes pour mettre leurs victimes en confiance, soit par téléphone, soit en leur envoyant des messages. Ils s’emparent ensuite de données leur permettant d’accéder aux comptes bancaires. »

Notre sélection vidéo