Abonnez-vous pour 1€

Penneteau, le gardien de Charleroi, a connu le nouveau coach du Standard: «Montanier s’inspirait du jeu de possession de Barcelone»

Vidéo

L’expérimenté gardien du Sporting a côtoyé une première fois le nouvel entraîneur des Rouches. D’abord comme coach des gardiens à Bastia au début des années 2000 puis comme entraîneur principal de Valenciennes, de 2009 à 2011. « Bon avant de coacher, il était aussi un très bon gardien », se souvient Penneteau. « Et comme entraîneur, il y a sans doute des choses qui ont changé depuis dix ans mais lorsque je l’ai retrouvé à Valenciennes, je me souviens d’un jeune coach, qui arrivait alors de Boulogne-sur-Mer, plein de dynamisme. Il avait des idées un peu nouvelles par rapport à ce que j’avais connu auparavant, notamment en ce qui concerne la préparation. C’est un coach qui privilégie énormément le ballon, qu’il intègre systématiquement, même pour les exercices physiques. Et même si à Valenciennes, il arrivait dans un « petit » club de Ligue 1 qui jouait le maintien, il avait une philosophie précise basée sur la possession du ballon, inspirée de Barcelone. Il nous concoctait d’ailleurs des analyses vidéos de ressortie du ballon de l’équipe catalane. Il voulait qu’on ait le ballon et, s’il a bien sûr fallu une période d’adaptation, cela a finalement payé, avec une première saison de très bonne qualité. La deuxième a été différente, avec un maintien obtenu lors de l’ultime journée. »

« C’est quelqu’un d’ouvert »

Le portier corse assure en tout cas qu’il a été marqué par la méthode « Montanier ». « J’ai beaucoup appris tactiquement et en termes de jeu. J’ai apprécié travailler avec lui. C’est quelqu’un d’ouvert, dynamique, pas fermé à la discussion, que du contraire. »

Et de détailler un peu plus la relation qu’a le coach avec les joueurs. « Quand je l’ai eu à Bastia, on se tutoie mais à Valenciennes, on n’a pas trop voulu montrer qu’on avait déjà bossé ensemble et je l’ai vouvoyé, même si lui n’y était pas opposé. Cela venait plutôt de moi, par respect pour le groupe. On avait une relation de coach à joueur. Au risque de me répéter, il avait une approche très dynamique et, surtout, une grosse envie de la transmettre à ses joueurs, tout en mettant un cadre et cherchant à le faire respecter. »

« Cela me fait plaisir de le revoir »

Pour Nicolas Penneteau, le passé de gardien de Philippe Montanier – comme c’était aussi le cas de Michel Preud’homme – s’est révélé être un atout dans son approche de coach. « Dans un match, on est beaucoup plus observateur en tant que gardien, on analyse pas mal de situation, on voit mieux où il peut y avoir des décalages et on a aussi, déjà, un rôle important de coaching. Ajoutons-y peut-être aussi une plus grande volonté de transmettre un esprit d’équipe, quand un attaquant peut avoir des pensées un peu plus individualistes, et cela explique sans doute aussi pourquoi on retrouve plus souvent des gardiens ou défenseurs aux postes d’entraîneur que des attaquants. »

Et de revenir sur la signature de son ex-coach au Standard : « Je suis content qu’il découvre notre championnat. Cela me fera plaisir de le revoir et lui parler après le match, en lui souhaitant le meilleur, tant que ce n’est pas contre Charleroi (rires). »

Foot amateur et chez les jeunes

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo