Abonnez-vous pour 1€

Phase 4 du déconfinement en Belgique: voici tout ce qui change dès le 1er juillet! (vidéos)

Vidéos
Phase 4 du déconfinement en Belgique: voici tout ce qui change dès le 1er juillet! (vidéos)

Le Conseil national de Sécurité a décidé ce mercredi d’activer la phase 4 du déconfinement de la Belgique, a annoncé la Première ministre Sophie Wilmès à l’issue de la réunion du CNS. Voici ce qui a été décidé.

Les annonces de Sophie Wilmès :

– Sophie Wilmès a débuté sa conférence de presse par une mise en garde  : « Les personnes présentes lors de ces rassemblements ont pris le risque de mettre en péril des mois d’effort collectif ». « Nous étions tous effrayés par ces images. Le coronavirus n’est pas parti. Il y a de moins en moins de règles, mais il faut les suivre », a-t-elle poursuivi. « Nous ne sommes pas à l’abri d’un rebond de l’épidémie. La jeunesse fait une erreur en pensant qu’elle est moins exposée au virus », a-t-elle encore averti. « Nous comprenons qu’il y a la fin des examens, l’été mais nous ne sommes pas à l’abri d’un rebond de l’épidémie. Bien sûr, la plupart des jeunes s’estiment moins vulnérables au covid-19. C’est une erreur : le virus n’est pas inoffensif même quand on est un jeune adulte. Et quand vous prenez un risque pour vous, vous le prenez aussi pour vos proches et pour la population en général ».

– Sophie Wilmès a rappellé qu’il faut respecter les 6 règles d’or du déconfinement déjà évoquées il y a plusieurs semaines :

> Le respect des règles d’hygiène ;

> Le fait de privilégier les activités en extérieur ;

> La prise de précautions supplémentaires pour les personnes à risque ;

> Le respect des distances de sécurité ;

> La règle de la bulle élargie qui passe de 10 à 15 personnes différentes par semaine en plus du foyer. Pour rappel, ce droit est individuel.

> Les activités de groupe ne peuvent dépasser 15 personnes, enfants compris. Cela vaut pour toutes les réunions non encadrées, indépendamment qu’elles aient lieu au domicile ou en dehors de celui-ci.

–  Des contacts étroits seront permis avec 15 personnes au lieu de 10 personnes auparavant, en plus du foyer, sur une base hebdomadaire. Pour rappel, ce droit est individuel. « On espère pouvoir faire plus. Dans les bulles plus proches, le risque de contamination est plus grand car les contacts sont plus rapprochés par rapport aux rassemblements qui ont lieu dans un cadre sécurisé. Quinze, ça permet d’élargir la personne et d’avancer de manière progressive car le virus est toujours là », a indiqué Sophie Wilmès.

–  Piscines, centres de bien-être et saunas, parcs d’attraction et terrains de jeux intérieurs, théâtres, cinémas, casinos, salles de jeux de hasard, salles de congrès, salles de fêtes et salles de réception (limitées à 50 personnes), vont pouvoir rouvrir dès le 1er juillet. Par ailleurs, les règles générales qui sont déjà en vigueur pour d’autres activités s’appliqueront comme le respect obligatoire des distances de sécurité, la mise en place de créneaux horaires et la gestion des foules, le nettoyage des infrastructures et le port du masque buccal qui reste fortement recommandé. Les jacuzzis et les hammams ne pourront quant à eux rouvrir que pour les soins privatisés, a précisé à l’issue de la réunion le ministre en charge des Indépendants, Denis Ducarme.

–  Les boîtes de nuit restent fermées jusqu’au 31 août et les rassemblements de masse (comme les festivals) restent interdits. « Nous devrons soutenir ces secteurs », a annoncé Sophie Wilmès.

–  Il sera bien possible d’organiser à partir du 1er juillet des activités en présence d’un public, sous certaines conditions qui sont reprises dans des protocoles. Pour les événements réguliers organisés dans des structures permanentes comme des théâtres, des cinémas, des tribunes, des salles de congrès, des protocoles seront donc établis avec les ministres compétents et les experts du GEES. Pour les événements ponctuels dans l’espace public, un outil en ligne sera disponible (matrice) au 1er juillet et servira de référence aux autorités locales dans l’octroi des autorisations pour ces événements. Des règles précises devront aussi être appliquées.

–  Les événements culturels pourront donc reprendre en présence d’un public, limité à 200 personnes en intérieur, et à 400 en extérieur en juillet, à condition que les règles de sécurité soient respectées. Cette limite de 400 personnes vaudra aussi pour les manifestations statiques et à condition de respecter les mesures de sécurité. Toute demande de manifestation doit aussi faire l’objet d’une autorisation auprès des autorités locales. En août, si les conditions sanitaires le permettent, on pourrait passer à un public de 400 personnes en intérieur et de 800 à l’extérieur.

– Dès le 1er juillet, on pourra être accompagné pour aller au magasin avec des personnes de notre bulle de contact et il n’y aura plus de limite de temps. Le port du masque ne sera pas obligatoire, même si la question avait divisé. Mais les distances de sécurité sont toujours valables. Pour les marchés, les protocoles restent d’application, mais il n’y plus de restrictions quant au nombre de marchands autorisés, avec la levée de l’interdiction de dépasser les 50 étals.

– S’il devait y avoir un rebond de l’épidémie, le port du masque pourrait devenir obligatoire dans l’espace public. Les experts ont recommandé de ne pas imposer le port du masque car il n’y a pas de risques importants pour l’instant. « Nous interviendrons si la situation épidémiologique l’impose. Le port du masque est fortement recommandé ».

–  Pour la nouvelle année scolaire, c’est le système expliqué hier sur nos sites qui devrait être d’application. Des codes couleurs seront mis en place en ce qui concerne la situation épidémique et les modalités pour le retour à l’école en septembre. Une conférence de presse des entités fédérées précisera ce point.

– En ce qui concerne la fête nationale le 21 juillet  : il y aura des moments d’hommages et de célébrations. On rendra hommage aux victimes du Covid-19 et les métiers de premières ligne seront mis à l’honneur. Le défilé prendra une autre forme. Il n’y aura pas de fête au parc et de feu d’artifice. Des activités seront prévues et retransmises en direct à la télé.

– Sophie Wilmès a insisté que pendant les vacances, les Belges doivent évidemment rester prudents car le coronavirus est toujours présent partout dans le monde.

– Sophie Wilmès a confirmé que l’heure de fermeture des bars et restaurants (fixée à 1 heure du matin) ne change pas pour l’instant. « Après discussion, nous sommes arrivés à la conclusion que le problème pouvait être débattu plus tard », a-t-elle indiqué.

–  En ce qui concerne les réceptions de mariage, on passe à 50 personnes autorisées avec les règles imposées dans l’horeca (distanciation sociale, maximum de personnes par table, etc.)

–  En ce qui concerne les rassemblements festifs et les rassemblements non autorisés  : « Le respect de l’ordre doit être organisé par les bourgmestres, ce n’est pas facile. » La Première ministre a insisté sur la nécessité d’« avoir un langage clair ». « C’est in-ter-dit, et non seulement c’est interdit mais c’est dangereux », a-t-elle martelé. Pour le reste, il incombe aux bourgmestres de faire respecter l’ordre public sur le territoire de leur commune. Les forces de l’ordre ont autorité pour agir.

– En ce qui concerne les événements sportifs  : pour le Mémorial Van Damme, les décisions ne sont pas encore arrêtées. Pour les autres événements, le virus ne se propage pas de la même façon en intérieur et en extérieur. Au moins de juillet : 200 personnes autorisées à l’intérieur, 400 à l’extérieur. Au mois d’août, on passera de 400 personnes à l’intérieur et 800 à l’extérieur. Pour les matches de football, cela fera l’objet d’une analyse approfondie et dans le respect de protocoles stricts.

Notre sélection vidéo