Abonnez-vous pour 1€

Formule 1: un déficit en baisse pour le Grand Prix de Belgique 2019

Photonews
Photonews

C’est une constante : le GP de Belgique de Formule 1 – comme la plupart des autres Grands Prix – est déficitaire. L’édition 2019 n’a pas échappé à la règle, puisqu’elle s’est achevée sur une perte de 5,9 millions d’euros. Un déficit qui satisfait cependant le ministre de l’Économie wallon, qui a mis la main au portefeuille pour éponger cette dette. « L’édition 2019 fut une année particulièrement positive pour le chiffre d’affaires qui atteint 20,2 millions d’euros, mais également pour les retombées économiques qui s’élèvent à 29,5 millions d’euros », a ainsi constaté Willy Borsus, lors de la présentation des comptes de l’événement au gouvernement régional.

Près de 90.000 billets vendus

Cette perte de 5,9 millions constitue en faut une amélioration par rapport à la perte de 7,5 millions engrangée en 2018. La fréquentation du Grand Prix 2019 s’est par ailleurs traduite par la vente de 89.569 billets, en augmentation de 1,8 % par rapport aux 87.953 billets de 2018, et le chiffre d’affaires a bondi de 9,9 % pour atteindre 20,2 millions d’euros.

« La deuxième meilleure édition »

« Le bilan 2019, c’est aussi la meilleure édition en termes de chiffre d’affaires depuis la création de Spa Grand Prix : la deuxième meilleure édition en nombre de places vendues depuis la création de Spa Grand Prix ; un chiffre d’affaires essentiellement soutenu par l’augmentation des ventes Gold, Verstappen, Speed Corner et VIP, ce qui confirme la mise en place d’une bonne stratégie commerciale qui consiste à favoriser la vente en direct de Spa Grand Prix et diminuer les ventes via mandataires ; un coût d’organisation en diminution malgré l’augmentation de l’affluence et une audience cumulée de 96 millions de téléspectateurs (+ 8 %) », a souligné le ministre Borsus.

20,5 millions de retombées en Wallonie

Du côté, des retombées économiques, on a estimé à 29,5 millions d’euros les retombées au niveau national qui se ventilent essentiellement de la façon suivante : 19 millions en nuits d’hôtels, et 7 en restauration. Côté Région wallonne, les retombées sont quant à elles estimées à 20,5 millions d’euros. Avec, notamment : plus de 5 millions pour les prestataires locaux, un million pour les ultras locaux (Parkings, Campings, etc.), 1.282.500 euros perçus en taxes communales par Stavelot et Malmedy, etc.

Pour l’anecdote, notons encore que selon les calculs effectués en marge de cet événement, il a été constaté qu’en moyenne, chaque client dépense durant son séjour un montant de 442 euros sur le circuit (tickets, boissons et repas, merchandising, etc., et 312 euros en dehors du circuit (logement, boissons et repas, shopping, visites touristiques, etc.)

Une autre histoire cette année

« L’édition 2020 sera bien entendu très différente, vu qu’elle se disputera à huis clos. Cependant, nous sommes satisfaits d’avoir pu négocier des modalités avec la FOM – les instances de la Formule 1 – qui permettent à la Région de limiter les pertes, ainsi que d’avoir pu consolider la place du Grand Prix de Belgique dans le calendrier très prisé du championnat du monde de Formule 1 puisqu’elles incluent une prolongation de notre contrat ’Promoteur’ actuel jusqu’en 2022 », a conclu Willy Borsus.

Notre sélection vidéo